AccueilLoisirs et CultureVersailles : Le chantier de la chapelle royale a pris fin

Versailles : Le chantier de la chapelle royale a pris fin

Ce chantier de restauration entamé en 2018 vient de se terminer. Véritable testament architectural de Louis XIV, il s'agit de l'ultime grande transformation de la résidence.
Versailles : Le chantier de la chapelle royale a pris fin

Loisirs et Culture Publié le ,

Le toit et ses parements, la statuaire, les vitraux, la charpente… Après avoir traversé les siècles avec seulement quelques rénovations mineures, la Chapelle royale avait besoin d'une restauration générale. Cette entreprise jugée considérable a fait intervenir une multitude de corps de métiers et d'expertises essentiels à la conservation du patrimoine. Maîtres couvreurs, maîtres charpentiers, tailleurs de pierre, sculpteurs, maîtres verriers, vitriers, doreurs, serruriers, etc. : les savoir-faire ont été au cœur de cette première restauration d'ampleur.

Une charpente majeure

Invisible à l'œil des visiteurs, la charpente de la Chapelle royale est pourtant l'un des éléments majeurs du monument. La complexité de sa conception et son assemblage de pièces massives taillées dans du bois de chêne est une œuvre en elle-même. Lors des opérations de démontage, la structure d'ensemble, à première vue correcte, s'est révélée très dégradée en partie basse. À l'issue de cette découverte, d'importantes interventions supplémentaires ont donc été réalisées afin de consolider la base de la charpente. Parallèlement, sur la toiture, les ornements de la couverture en plomb ont été restaurés, avant d'être remis en dorure afin de redonner à l'édifice son aspect original disparu au cours du temps. Les fenêtres et les glaces des vitraux (issus de la Manufacture royale des glaces) ont aussi bénéficié d'une attention particulière.

L'importance des décors sculptés

Gargouilles, torchères, chapiteaux de pilastres, têtes de chérubins des fenêtres, baies encadrant les 46 ouvertures, bas-reliefs… La spécificité de l'édifice reposant aussi sur ses décors sculptés, pas moins de 140 d'entre eux ont été retravaillés en atelier ou in situ au cours du chantier. Le même traitement a été réservé aux grandes sculptures monumentales présentes sur la balustrade et le fronton central de la façade ouest du bâtiment, réalisées par les principaux artistes du XVIIIe siècle et caractéristiques de l'esthétique du monument.

Parmi mécènes ayant rendu possible cette restauration, on citera la Fondation Philanthropia, qui s'est engagée à titre principal, mais aussi Saint-Gobain, et JCDecaux.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?