AccueilTerritoireUn nouvel observatoire de recherche atmosphérique pour mieux anticiper les canicules et pics de pollution

ESSONNE Un nouvel observatoire de recherche atmosphérique pour mieux anticiper les canicules et pics de pollution

Le Site instrumental de recherche par télédétection atmosphérique (SIRTA) a été inauguré à l’école Polytechnique de Palaiseau.
Un nouvel observatoire de recherche atmosphérique pour mieux anticiper les canicules et pics de pollution
© DR

Territoire Publié le ,

Le SIRTA, infrastructure portée par l’Institut Pierre-Simon Laplace, est le fruit d’une collaboration entre le CNRS, l’École polytechnique et la Région Ile-de-France. Véritable site d’enseignement et d'expérimentation national, il est dédié à la recherche sur le climat et l’environnement. Il constitue l’un des rares sites en Europe offrant l’instrumentation, les installations et les capacités d’accueil nécessaires pour étudier les processus physico-chimiques atmosphériques.

La nouvelle infrastructure comprend notamment un bâtiment observatoire dédié et emblématique de 600 m2 doté d’un toit terrasse instrumental de 450 m². Cet aménagement a permis de sanctuariser une zone naturelle d’une quarantaine d’hectares autour de l’observatoire, indispensable pour la qualité et la représentativité des mesures. C’est aussi un cadre pérenne pour accueillir l’instrumentation historique de l’observatoire et permettre l’installation de nouveaux instruments de mesures de haute technologie (mât de 50 mètres, lidar, éoliennes, panneaux solaires, etc.).

Ayant pour objectif de soutenir la recherche scientifique dans le domaine de la climatologie, les nouveaux équipements du SIRTA permettront de mieux comprendre, anticiper et prévoir les canicules et les pics de pollution ainsi que de trouver des solutions innovantes pour la production électrique renouvelable. Ils permettront ainsi de renforcer la construction de l’infrastructure de recherche européenne ACTRIS (aerosol, clouds and trace gases research infrastructure), dont le SIRTA est une composante majeure

Le SIRTA sera également ouvert au grand public, qui pourra y découvrir les sciences du climat et de l’environnement à travers des actions pédagogiques. Financé par le CNRS, l'Ecole polytechnique et la Région Ile-de-France, le projet a également reçu le soutien de la R&D d’EDF, de la Société du Grand Paris, de la Fondation de l’École polytechnique et de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.


© DR

 

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?