AccueilTerritoireService public de l’eau : les réservoirs et la station de bruyères-sur-Sèvres mis en service

YVELINES Service public de l’eau : les réservoirs et la station de bruyères-sur-Sèvres mis en service

Les anciens réservoirs d’eau avaient été construits dans le cadre de l’Exposition Universelle de 1900. Des travaux étaient donc menés depuis quatre ans pour moderniser le site.
Service public de l’eau : les réservoirs et la station de bruyères-sur-Sèvres mis en service
©Nicolas Fagot / Studio9

Territoire Publié le ,

Cet investissement de près de 10 millions d’euros bénéficie à quelque 40 000 habitants des communes de Sèvres, Meudon et Chaville (Hauts-de-Seine), Vélizy-Villacoublay et Viroflay (Yvelines), qui disposent désormais d’équipements de dernière génération.

En quatre ans, le site a été totalement transformé, conformément à la politique Haute Qualité Environnementale du Sedif. Deux axes principaux ont présidé à ce projet : la construction durable des ouvrages et la réduction des consommations énergétiques. La façade est désormais habillée de de 540 lames en acier Corten, inclinées et vrillées sur elles-mêmes. L'ouvrage contient une station de pompage et deux réservoirs de 2000 m3 chacun, alimentés par l’usine de Choisy-le-Roi et pilotés en mode automatique. Le bâtiment, qui accueille sur son toit une clairière végétalisée, est également au cœur d’un réaménagement paysager constitué de 47 nouveaux arbres, arbustes et plantes tapissantes.

Selon André Santini, président du Sedif, le syndicat de l’eau a investi pour « adapter le site aux besoins de la population, tout en installant des équipements de pompage plus performants et moins énergivores ».

Les nouveaux équipements de Bruyères-de-Sèvres permettent d’inscrire le territoire dans le projet pionnier en France du Sedif « vers une eau pure, sans calcaire et sans chlore ». Son ambition ? « Renforcer la maîtrise du risque sanitaire, en éliminant toujours plus de micropolluants et de perturbateurs endocriniens, satisfaire les usagers en améliorant le goût de l’eau par la réduction, voire la suppression du chlore au robinet, et en réduisant la dureté de l’eau ».

Le projet s’inscrit plus globalement dans la politique d’investissement du syndicat, qui vise la sécurisation de l’alimentation en eau potable, la fiabilisation des installations avec des rendements optimisés, la modernisation du patrimoine et l’amélioration constante du service à l’usager.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?