AccueilTerritoire« Sauvons nos monuments ! », le concours de la Région Ile-de-France pour la rénovation des lieux historiques

Patrimoine « Sauvons nos monuments ! », le concours de la Région Ile-de-France pour la rénovation des lieux historiques

La région Ile-de-France a débloqué 200 millions d’euros pour la rénovation de son patrimoine. Elle soutiendra, grâce à ce fonds, un monument par département, soit huit monuments au total.
« Sauvons nos monuments ! », le concours de la Région Ile-de-France pour la rénovation des lieux historiques
© DR - Le bateau-pompe « Le Lutèce »

Territoire Publié le ,

Dans le cadre du concours « Sauvons nos monuments », de nombreux monuments d’Ile-de-France sont en compétition et seront départagés par les habitants franciliens. Au total, seize monuments sont présélectionnés, huit seulement seront rénovés grâce à la Région. Organisée en partenariat avec Le Parisien et le site de financement participatif dédié à la préservation du patrimoine culturel dartagnans.fr, cette opération, dont une première édition s'était déroulée en 2019, vous permet de contribuer au sauvetage des monuments en péril près de chez vous très simplement.

Retrouvez ci-dessous, une rapide présentation par département des différents monuments présélectionnés et en compétition pour le concours « Sauvons nos monuments ! ».

Depuis 2016, ce sont près de 95 millions d’euros du budget régional qui sont consacrés au patrimoine, dont 48 millions sont consacrés à la restauration des bâtiments, 35 millions à l’emploi et à la formation et 12 millions à la recherche, l’innovation et la valorisation du patrimoine régional. La région Ile-de-France compte quatre sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco, 4 000 monuments historiques, 209 musées et 88 sites labellisés « Patrimoine d’intérêt régional ».

Calendrier du concours

  • Du 30 avril au 5 octobre 2021 : appel à projets. Les propriétaires d'un monument (château, église, musée, moulin...) intéressés ont déposé leur candidature pour bénéficier d'une couverture médiatique et d'une campagne de financement participatif sur dartagnans.fr.
  • 18 octobre 2021 : annonce des projets en compétition par le comité de sélection final, composé des membres de la rédaction du Parisien, de dartagnans.fr et de la Région Île-de-France.
  • Du 26 octobre au 7 novembre 2021 : vote du public en ligne (2 projets en compétition par département d'Île-de-France, et 2 pour l'Oise).
  • 8 novembre 2021 : annonce des projets gagnants
  • Du 8 novembre au 31 décembre 2021 : campagnes de financement participatif au bénéfice des projets gagnants sur la plateforme dartagnans.fr.

Département de Paris (75)

L’Eglise Notre-Dame-du-Bon-Conseil :

Cette église située dans le 18e arrondissement de Paris abrite un ensemble important de vitraux datant des années 1930-1940. Cet dernier a aujourd’hui besoin d’une restauration qui nécessite notamment l’installation d’échafaudages et l’intervention de peintres et de verriers spécialisés afin d’assurer la bonne restauration de ce monument historique.

Le bateau-pompe « Le Lutèce »

Le Lutèce a été construit par les ex-chantiers navals franco-belges de Villeneuve-la-Garenne pour permettre aux pompiers de Paris de sécuriser l’exposition universelle de 1937. Il s’agit d’un objet relatant de l’histoire de la région Ile-de-France. Les rénovations prévues sont le remplacement de l’ancien moteur par un moteur entièrement électrique et le repositionnement des cuves. L’essentiel de ce bateau-pompe sera cependant conservé.

Seine-et-Marne (77)

Le costume historique de Cyrano de Bergerac à Couilly-Pont-aux-Dames

Il s’agit-là du costume porté lors de la première représentation de Cyrano de Bergerac le 12 décembre 1897. Le costume à restaurer est celui que porta l'acteur Constant Coquelin dans le rôle-titre le soir de la première et de nombreuses fois par la suite. C'est d'ailleurs dans ce costume qu'il fut immortalisé par le célèbre photographe Nadar.​​​​​​

L'abri conique antiaérien à Villenoy

Ce grand bâtiment conique, qui mesure 18 mètres de haut, a été construit entre 1938 et 1940. Son rôle était de protéger le personnel de la Sucrerie de Villenoy contre les attaques aériennes. La forme conique présente des qualités aérodynamiques permettant de résister à l’effet de souffle en cas d’explosion d’une bombe à proximité. Il s'agit de restaurer et d’entretenir cet abri dont il n’existe qu’un seul exemplaire en France.

 

Yvelines (78)

L’orgue de l’église Saint-Béat à Epône

Classée en tant que monument historique depuis 1931, l’église Saint-Béat-d ’Epône abrite un orgue de style néo-gothique. Fabriqué par Aristide Cavaillé-Coll, l’un des plus grands facteurs d’orgue du 19e siècle, cet instrument était à l’origine destiné à l’église d’Enghien-les-Bains, dans le Val d’Oise. Bien que l’orgue ait été restauré entièrement en 2008, il doit à nouveau subir des opérations de rénovation, car son sommier central a été endommagé par les canicules et doit être remplacé.

 

L’église Saint-Nicolas de Mézières-sur-Seine

L'église Saint-Nicolas de Mézières-sur-Seine (78) est classée au titre des monuments historiques depuis 1931. Construite au XIIe siècle, elle a été modifiée par la suite aux XIIIe, XVe et XVIe siècles. Cette année, l’intérieur doit être restauré. Il abrite notamment une magnifique statue de la Vierge à l'enfant polychrome du XVe siècle.

 

Essonne (91)

La maison d’Alphonse Daudet à Draveil

Champrosay, hameau de la commune de Draveil a accueilli durant la seconde partie du 19e siècle le célèbre écrivain Alphonse Daudet. En 1887, il y a acheté une propriété où il passe tous ses étés. Dans cette maison, l’auteur écrit et reçoit nombre de ses contemporains, on retrouve notamment Maupassant, Zola, Tourgueniev, Loti, Rodin ou encore Marcel Proust…

 

L’église Saint-Aignan à Chalou-Moulineux

Le village essonnien de Chalou-Moulineux abrite une église romane bâtie au XIe siècle. Cette église est devenue une commanderie des Templiers en 1185, jusqu’à leur dissolution trois siècles plus tard par Philippe le Bel. Elle connaîtra divers remaniements, dont la construction d'une voûte en berceau lambrissée couvrant la nef, au XVIe siècle, à la suite des guerres de religion. Le chœur à chevet plat, voûté d’ogives, est aujourd'hui parcouru de fissures. Une étude menée en 2014 montre que les travaux sont urgents. Si l’édifice n’est pas stabilisé dans les plus brefs délais, les murs s’écarteront jusqu’à l’effondrement des voûtes, voire de l’église.

 

Hauts-de-Seine (92)

Le boudoir Eugénie Renique à Bagneux

Situé au cœur de la maison Massena à Bagneux, le boudoir Eugénique Renique a été le théâtre de plusieurs épisodes illustres de l’Histoire. Cette pièce n’a subie aucune mesure de conservation-restauration n’ayant été déclenchée, une lente dégradation s’opère. Il s’agit de protéger le clos et couvert, de restaurer les peintures et d’ouvrir le boudoir et la maison des visites pédagogiques.

 

L’église Saint-Pierre-Saint-Paul à Clamart

Dédiée aux apôtres Pierre et Paul, l'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Clamart (92) date du XIe siècle et est classée aux monuments historiques depuis 1928. La Ville souhaite relancer la restauration de son intérieur et y faire plusieurs aménagements, notamment pour répondre aux besoins de la paroisse. En parallèle, sur la base de l'étude préalable complète de restauration qui y a été menée, elle souhaite aussi lancer la restauration du clos et du couvert, travaux qui avaient été abandonnés faute de budget.

 

Seine-Saint-Denis (93)

La voiture SNCF du « Capitole » à Saint-Denis

A proximité du lycée Paul Eluard de Saint Denis, une voiture restaurant stationne depuis de nombreuses années. Elle date de 1966 et faisait partie des rames du Capitole, premier train à grande vitesse qui reliait Paris et Toulouse, un fleuron de la haute technologie de l'époque. La réhabilitation de cette voiture consistera à la transformer en café-restaurant culturel à destination des lycéens et des habitants du quartier.

 

Le moulin de Sempin à Montfermeil

Le moulin du Sempin est un moulin à vent de 8 m de diamètre et de 17 m de hauteur, construit en 1742 par le seigneur de Montfermeil. Actif jusqu’au milieu du XIXe siècle, il est abandonné, puis transformé en guinguette à la fin du XXe. Menacé par l’exploitation des carrières de gypse voisines, il est acquis par la municipalité en 1971, puis restauré par l’Association de sauvegarde du moulin de Montfermeil.  Début 2021 la Ville a décidé d'y relancer la production de farine. L’association Agrof’ île a gagné l'appel d'offres et doit lancer des tests fin 2021. Le moulin deviendra un exemple d'agroécologie en contexte urbain. C'est-à-dire de réutilisation de patrimoine artisanal et architectural dans une logique actuelle de filière alimentaire responsable.

 

Val-de-Marne (94)

L’église Sainte-Agnès à Maisons-Alfort

L’église Sainte-Agnès est construite en 1933, elle est classée au titre des monuments historiques en 1981. Cet édifice en béton armé est réalisé dans le style Art déco en vogue à l’époque. Aujourd’hui, la façade fait l’objet d’un projet de restauration, car certaines pierres se décollent des piliers.

 

Le muséum national d’histoire naturelle de Paris

En 2014, le parc zoologique de Paris a rouvert ses portes en 2014. Il avait subi auparavant plusieurs années de rénovations. C’est aujourd’hui, son emblématique Grand Rocher qui nécessite des travaux de restauration t d’aménagement. De plus, le Muséum souhaite organiser des travaux de restructuration et d’aménagement pour permettre d’organiser des expositions temporaires au sein du rocher.

 

Val d’Oise (95)

Le château de la Roche-Guyon

Cet édifice datant du Moyen-âge, déploie son imposante silhouette des rives de la Seine jusqu’au sommet de la colline. Les travaux consistent à restaurer le réservoir troglodyte qui alimentait en eau les cultures du potager-fruitier.

 

L’église Saint-Sulpice à Montsoult

Cette église, rebâtie à la moitié du XVIe siècle dans un style gothique, est inscrite au titre des monuments historiques en 1926. Lors d’une visite effectuée en décembre 2020, l’architecte des Bâtiments de France du Val-d’Oise a recommandé de procéder en urgence à l’étaiement d’une ou deux travées du vaisseau sud, avant d’engager d’autres restaurations. 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?