AccueilÉconomieSaint-Quentin-en-Yvelines : 5 champions industriels fondent la “Software République“

Saint-Quentin-en-Yvelines : 5 champions industriels fondent la “Software République“

Atos, Dassault Systèmes, Groupe Renault, STMicroelectronics et Thales, cinq leaders de rang mondial dans leur domaine, ont souhaité s'unir pour mutualiser leurs expertises et leurs technologies. Le site prendra place au sein du Technocentre Renault de Guyancourt.
Saint-Quentin-en-Yvelines : 5 champions industriels fondent la “Software République“
©software république

Économie Publié le ,

Qu'il s'agisse de la connectivité, de la décarbonation, ou de la multimodalité, le Groupe Renault et ses partenaires ont constaté que le secteur de la mobilité n'avait jamais évolué aussi vite que ces dernières années. Le marché mondial pourrait même croître de 60 % d'ici 2035, pour atteindre 11 000 milliards d'euros. Deux grandes puissances, les Etats-Unis et la Chine, ont déjà entamé une démarche en la matière. Deux stratégies d'intégration renforcée sont envisageables. Celle de Tesla, dite « verticale », qui vise à contrôler tout le cœur du véhicule, des batteries et jusqu'aux logicels. Ou bien celle de la Chine, qui consiste en des groupements d'entreprises automobiles et technologiques engagées dans des stratégies d'intégration horizontale. L'objectif ? proposer des offres compétitives en matière de mobilité intelligente. C'est cette seconde stratégie qui a été retenue pour Software République.

« Les cinq partenaires fondateurs vont apporter les compétences nécessaires pour le développement d'innovations technologiques et logicielles pour la mobilité. La combinaison de toutes nos compétences permettra d'accélérer la mise en œuvre et la commercialisation de ces innovations », a expliqué François Dossa, directeur des projets d'open innovation du Groupe Renault. Le nom Software fait référence au développement des logiciels dans trois grands domaines, à savoir les systèmes véhicules, les systèmes pour la mobilité et les écosystèmes d'énergie. Le nom République fait quant à lui référence au fonctionnement en écosystème, c'est-à-dire à la démarche d'open innovation entre partenaires complémentaires (grandes entreprises, start-ups, universités, centres de recherche, pouvoirs publics), appelés à rejoindre la Software République. Un incubateur et un fonds d'investissement seront aussi créés à moyen terme.

Les logiciels et solutions développés au sein du groupement s'adresseront, dès le deuxième trimestre prochain, aux opérateurs de services de mobilité (entreprises privées ou collectivités publiques), avec l'objectif de leur permettre « de développer des offres facilitant l'accessibilité des territoires et améliorant l'expérience des citoyens ainsi que la gestion de l'énergie ». La solution Plug&Charge vise par exemple à simplifier la charge électrique, grâce au développement de nouvelles technologies et services. De même, la Software République s'intéresse au sujet de la simulation des flux, un outil qui permettra d'aider à la fluidification de la circulation, et donc à la réduction des embouteillages, du temps perdu et des émissions de Co2. Il s'agit finalement d'assurer la souveraineté et le leadership des cinq membres fondateurs, de la France et de l'Europe dans le domaine de la mobilité.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?