AccueilTerritoirePour Valérie Pécresse, « ce très beau rêve du Grand Paris doit être sauvé »

Pour Valérie Pécresse, « ce très beau rêve du Grand Paris doit être sauvé »

Valérie Pécresse, présidente de la Région et candidate à l'élection présidentielle, a bénéficié d'une tribune lors du Sommet du Grand Paris, pour détailler sa vision d'un territoire « majeur pour la compétitivité du pays ».
Pour Valérie Pécresse, « ce très beau rêve du Grand Paris doit être sauvé »
© AP

Territoire Publié le ,

« Quand un pays bâtit et entreprend, il entre en renaissance, quand il ne construit plus il entame son déclin », a lancé Valérie Pécresse, reprenant les mots de Nicolas Sarkozy à l'occasion de son discours fondateur sur le Grand Paris. Pour la candidate, « le premier des creusets de la République c'est la Région capitale. Oui le Grand Paris peut être une ambition pour la France, si on le sauve. Il doit l'être, car il est la victime collatérale de 10 ans de velléités réformatrices jamais concrétisées, de lois imparfaites, de projets de loi sans lendemain, de réformes territoriales sans cesse annoncées et reportées, de lignes du Grand Paris Express menacées dans leur calendrier, parfois dans leur tracé, ou par des décisions judiciaires ».

« J'ai espéré que cette belle ambition soit une priorité de l'Etat, notamment lorsque Emmanuel Macron a, en 2017 a annoncé après 5 ans de présidence Hollande, où la poussière avait été mise sous le tapis, une conférence territoriale du Grand Paris et l'accélération de l'horizon de développement pour la France et la Région. Mais le nouveau souffle annoncé en 2017 a fait pschitt et dans quelques mois, c'est un quinquennat pour presque rien qui va clore une décennie gâchée », a-t-elle pointé.

« Pourtant il n'aura jamais été aussi urgent de sauver le soldat Grand Paris, car les crises sanitaire et écologique sont devenues économiques et sociales ; et elles bouleversent nos certitudes, menacent nos équilibres. La tempête du Covid a retardé nos projets structurants, ces grands chantiers dont notre pays a un besoin vital pour sa relance. Investir dans les grandes opérations d'aménagement devrait être le cœur de la relance. Cette priorité doit mobiliser tous les acteurs », a poursuivi la candidate.

« Mais tous les investissements s'enfuient hors IDF depuis l'irruption gilets jaunes. Ce n'est pas ce qu'il faut faire. Le Grand Paris ne parle pas qu'au bassin parisien, c'est un territoire majeur pour la compétitivité du pays. Nous devons tous soutenir relance du Grand Paris, il boostera les investissements publics par le privé. Le Grand Paris sera équilibré ou ne sera pas », a-t-elle assuré.

Reprenant son bilan à la tête de la Région, Valére Pécresse a indiqué vouloir continuer d'aller au bout des compétences régionales, voire au-delà. « Mais j'appelle chaque jour l'Etat à lâcher prise. Je réclame le droit à l'expérimentation, au laissez-faire. Il faut nous faire confiance », a-t-elle conclu.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?