AccueilTerritoireParis-Saclay : l’ENS inaugure son nouveau bâtiment au sein du Campus urbain

Paris-Saclay : l’ENS inaugure son nouveau bâtiment au sein du Campus urbain

La “grande école“ a inauguré officiellement son nouveau bâtiment, réalisé par Renzo Piano Building Workshop, à Gif-sur-Yvette, à l’occasion de la visite de la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal.
Paris-Saclay : l’ENS inaugure son nouveau bâtiment au sein du Campus urbain
© Michel Denance / RPBW

Territoire Publié le ,

Notamment accompagnée des élus locaux, la ministre de l’Enseignement supérieur a parcouru les différents espaces du bâtiment, à savoir le jardin, la passerelle principale, l'Atrium Germaine Tillon, les espaces de vie des élèves et des étudiants, des salles de travaux pratiques du génie civil et du génie mécanique, et enfin le hall événementiel Emmy Noether, où une plaque inaugurale a été dévoilée. 

Situé en plein cœur du quartier de Moulon, à proximité de CentraleSupelec, des laboratoires de l’Université, du futur pôle de biologie-pharmacie-chimie et des principaux organismes de recherche (CNRS, CEA, INRIA...), le nouveau bâtiment de l’ENS Paris-Saclay a été conçu par l’architecte de renommée internationale, Renzo Piano.

D’une surface d’environ 64 000 m2, il est volontairement compact et bioclimatique. Dans ce même souci de respect de l’environnement, il s’articule autour d’un grand jardin intérieur arboré dessiné par Pascal Cribier, véritable appel à la réflexion et aux rencontres (réalisé par l’agence de paysagistes Après la pluie). « Quel bonheur d’être présent. Bâtir c’est quelque chose de beau, c’est toujours un grand miracle. Bâtir une école, c’est encore plus beau. C’est comme bâtir des ponts », a témoigné avec émotion l’architecte.
« J’aime beaucoup la notion de légèreté qui amène l’idée de la lumière et de sa transparence. La transparence m’intéresse parce qu’elle aide à construire un paysage urbain autant qu’un paysage d’urbanité entre des personnes qui ont des activités différentes », a-t-il précisé. « J’ai voulu édifier un bâtiment qui crée la merveilleuse sensation d’être dans un lieu où l’on apprend, mais dans lequel aussi on se frotte à la curiosité humaine de la recherche ».

Aussi, le bâtiment traduit dans son organisation interne la diversité de l’École, son interdisciplinarité entre sciences fondamentales, sciences pour l’ingénieur et sciences humaines et sociales, et les très fortes connexions et intrications entre les activités de formation et de recherche qui sont au cœur de la pédagogie normalienne. Mezzanines, parois transparentes, proximité des espaces concourent à ouvrir les esprits au décloisonnement disciplinaire...

Au total, ce sont près de 35 % des surfaces utiles du bâtiment qui sont dédiées à la recherche au sein de 12 laboratoires. Pour compléter l’invitation à la pratique de la recherche avec une forte dimension expérimentale, de nombreux espaces de travail pour les étudiants (près de 800 m2 dédiés) sont prévus pour le travail individuel ou collectif.

Conçue comme une boîte compacte avec 160 places assises, la Scène de recherche a pour vocation de porter haut et fort l'exigence culturelle et artistique dans les murs de l'ENS Paris-Saclay. Au cœur de l’Université Paris-Saclay, ce lieu de recherche-création doit permettre d’explorer les articulations entre arts, sciences, technologies et société. Il vise à renouveler les manières de former, de chercher, d’enseigner, d’explorer et de créer. Sa méthode est expérimentale et transdisciplinaire.

© DR /  Sylvie Retailleau, présidente de l'université Paris-Saclay, Renzo Piano, architecte, Pierre-Paul Zalio, président de l'ENS, et Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, ont dévoilé la plaque inaugurale.

L’école se réinvente

Conduire une telle opération a constitué une véritable aventure, selon Pierre-Paul Zalio, président de l’ENS Paris-Saclay, le déménagement ayant nécessité l’équivalent de 380 semi-remorques en pleine pandémie. « Quitter Cachan n’a pas été simple. Beaucoup de vie s’y était construite, nous y avons laissé, pour certains d’entre nous, une part de nous-même », a-t-il témoigné. « Maintenant l’ENS Paris-Saclay est au travail, au cœur de l’université. Le monde qui vient appelle à plus de raison, de science, et de réflexivité, à un combat ardent pour les valeurs démocratiques qui sont, hélas, contestées de toutes parts », a assuré le président de l’école. 

« Notre école œuvre à l’attractivité des carrières académiques, elle sert ainsi la recherche de demain. Elle œuvre à replacer la science au cœur des enjeux, elle est à l’écoute des grandes question technologiques, scientifiques, sociales. Elle s’engage dans un dialogue entre la science, la société, la technologie, et la culture, pour aborder un monde qui se fracture, pour affronter et maîtriser les transitions climatiques, environnementales et alimentaires », a-t-il poursuivi, indiquant que pour s’orienter dans un moment de changement de paradigme, il fallait former toujours et davantage des esprits libres.

Une école d’excellence

« Ce nouveau site de l’ENS est une pure émanation de la pédagogie de l’ENS que vous avez su saisir », a ensuite déclaré Frédérique Vidal, qualifiant le plateau de Saclay de « joyau de l’excellence française ». Comme l’a rappelé la ministre, « les ENS ne sont pas des établissements comme les autres ». Leur mission est de former les futurs chercheurs, enseignants-chercheurs, et enseignants, mais aussi de préparer ses élèves à tous les métiers de la fonction publique et du secteur privé qui nécessitent une très forte expertise. 

« Avec cette installation, je crois que cette école prend géographiquement la place qu’elle occupait institutionnellement au cœur de cette prestigieuse université », a assuré Frédérique Vidal, estimant qu’avoir une ENS dans une université de renommée internationale est une merveilleuse opportunité ». Sa conviction est que les grands défis environnementaux, climatiques, et sociétaux ne pourront s’aborder qu’avec l’excellence, le meilleur de chaque discipline. « L’ENS de paris-Saclay a vocation à être une figure de proue dans les disciplines où elle est experte », a souligné la ministre, saluant notamment la mise en place, dès 2019, d’un parcours extrêmement exigent d’IA. 

« Je compte sur vous pour utiliser au mieux les nouvelles ressources qui seront mises à votre disposition en mobilisant toutes les disciplines et en pensant les formations en intelligence artificielle à tous les niveaux. L’IA changera profondément, je le crois, la pratique de beaucoup de disciplines », a-t-elle poursuivi, saluant également les engagements pris par l’école afin « d’élargir son vivier ».  

Frédérique Vidal, de conclure : « l’ENS Paris-Saclay a de quoi se féliciter. école d’excellence à la pointe des disciplines qu’elle enseigne et qu’elle pratique, elle est désormais dotée d’un campus à la hauteur de ses ambitions au milieu du plateau de Saclay, où brille l’excellence universitaire française. J’ai toute confiance en vos équipes pour écrire cette nouvelle page de votre histoire ».

L’intégration dans l’Université Paris-Saclay, établissement universitaire au 13e rang mondial du Classement de Shanghai 2021, est l’opportunité d’assurer le développement de l’ENS Paris-Saclay et de ses missions de formation à la recherche et à l’enseignement supérieur.

D’autant que l’école s’inscrit en effet dans un écosystème d’innovation exceptionnel. Pôle de recherche et d’innovation international, l’Université Paris-Saclay et ses 275 laboratoires partagés avec le CEA, le CNRS, l’IHES, l’INRAE, l’INRIA, l’INSERM et l’ONERA concentrent 13 % du potentiel de recherche français. L’implantation des centres de R&D de grandes entreprises, la présence de PME et de start-up innovantes participent à la création d’un cluster scientifique et technologique de rang mondial.

Au sein de l’Université, l’ENS Paris-Saclay coordonne la graduate school des métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur. Elle doit permettre d’assurer le pilotage transversal de la formation pré-doctorale vers les carrières académiques. À ce titre, elle coordonne un ensemble de masters et de programmes de formation, d’écoles doctorales et d’équipes de recherche organisées autour de cette mission de formation d’excellence.

Un bâtiment 100 % BIM

Lauréat du BIM d’Or en 2015, le bâtiment de l’ENS Paris-Saclay a été entièrement conçu grâce à ce système de Building information modeling. En phase chantier, les études d’exécution, menées par les entreprises se poursuivent également en BIM, prolongent ainsi le mode de collaboration initié en phase de conception. L’objectif final pour l’ENS Paris-Saclay, outre l’amélioration de la qualité des études, le respect du calendrier et la meilleure maîtrise des coûts d’investissement et de fonctionnement, est de disposer d’un Dossier des ouvrages exécutés (DOE) numérique qui contient l’ensemble des informations utiles à la gestion, à l’exploitation et à la maintenance. n

L’histoire du déménagement

C’est en 2011 que l’ENS Cachan décide de rejoindre le plateau de Saclay. Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’opération d’intérêt national porté par l’Établissement public d’aménagement Paris-Saclay (EPAPS). L’objectif ? Aménager un cluster scientifique et technologique de rang mondial et de regrouper des acteurs académiques de premier plan autour d’un projet pédagogique et scientifique ambitieux : l’IDEX Université Paris-Saclay. En 2016 la phase travaux démarre, puis le bâtiment est livré en 2020. Débute alors la phase déménagement des services, des départements puis des laboratoires, de Cachan à Paris-Saclay.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?