AccueilÉconomieLes Legaltechs pèsent désormais dans l'économie française
Baromètre des legaltechs françaises

Les Legaltechs pèsent désormais dans l'économie française

Après une année 2020 difficile, 2021 s'annonce comme un bien meilleur cru. De nombreux indicateurs très positifs révèlent que non seulement le secteur se consolide mais aussi qu'il pèse désormais dans l'économie.
Les Legaltechs pèsent désormais dans l'économie française
© DR

Économie Publié le ,

2021 signe le retour de la croissance pour les levées de fonds, avec 57,8 millions d'euros levés, en hausse de 11 % par rapport à 2019, dans un marché où les capitaux sont plus facilement accessibles
(56 % des start-up déclarent ainsi accéder sans difficultés à des financements).

Alors, certes, les investissements dans les legaltechs ne représentent que 0,7 % du total des investissements en 2021 toutes start-up confondues. Certes, le tour de table le plus élevé d'une legaltech ne pèse que 5,1 % du tour de table le plus important de l'année réalisé par une jeune entreprise innovante française. Certes, le secteur peine à voir émerger une génération de scaleups comptant plusieurs centaines de salariés, à l'instar d'autres secteurs (Fintech, Martech, etc.).

Pour autant de nombreux indicateurs soulignent le poids de plus en plus important de ce secteur dans l'économie française.

La part des legaltechs qui génère désormais un chiffre d'affaires significatif explose

Comme le prouvait la précédente édition du baromètre, les legaltechs sont de plus en plus valorisées et créent davantage de revenus. +183 %, c'est la hausse des entreprises déclarant un chiffre d'affaires compris entre 10 et 30 millions d'euros, tandis qu'en parallèle le nombre d'entreprises générant entre 5 et 30 millions d'euros de chiffre d'affaires a doublé. Autre excellent indicateur, 27 % d'entre elles déclarent une croissance supérieure à 100 %.

Des solutions qui s'exportent de plus en plus

Côté rayonnement du « made in France », les chiffres sont également encourageants avec désormais 11,2% des legaltechs qui ont un bureau à l'étranger. D'autant que les zones géographiques dans lesquelles les solutions françaises sont vendues dépassent désormais les frontières du continent européen (15 % d'entre elles ont des clients en Afrique, 10,5 % en Amérique du Nord, par exemple).

Reste néanmoins un constat, partagé par de nombreuses start-up : entrer sur le marché américain reste une gageure, un Graal que peu obtienne.

Un secteur nettement plus attractif, pour les investisseurs comme les talents étrangers

Plusieurs fonds d'investissement généralistes se sont déjà aventurés dans la Legaltech (Isai, C4 Ventures, OneRagTime). Et le fait que le marché regorge de liquidités n'est pas la seule explication. Les investisseurs ont une bien meilleure connaissance de ce marché et ont davantage confiance dans ses relais de croissance. À signaler, également, l'arrivée de fonds étrangers dans les tours de table, à l'instar de Lead Edge Capital qui a mené la levée de fonds la plus importante cette année pour les legaltechs.

Des start-up attirent aussi des profils internationaux. Près d'un tiers des legaltechs françaises ont ainsi recruté un talent étranger, preuve de l'attractivité et du travail fait par certaines d'entre elles autour de leur marque employeur. On peut aussi y voir un signe de maturité pour le secteur, qui se met au niveau d'autres verticales, comme les Fintechs.

Un relai de croissance pour les territoires

Enfin, si 69,7 % de ces jeunes entreprises innovantes sont situées en Île-de-France, des pôles se constituent également autour de Lyon ou dans le Sud, avec un maillage territorial étendu, allant de la Normandie à Toulouse, en passant par le Nord et la Creuse.

De bon augure si l'on met en perspectives cette répartition géographique avec le nombre d'entreprises de plus de 50 salariés qui a explosé (+113 %) et les intentions d'embauches : 86 % des start-up déclarent avoir l'intention de recruter au cours des prochains mois.

Méthodologie du baromètre

Cette étude analytique a été réalisée par Wolters Kluwer, Maddyness et la Banque des Territoires.

Les critères d'éligibilité sont les suivants :

  • être une société commerciale dédiée au développement d'un service legaltech
  • proposer des services en relation avec l'exercice du droit et de la justice
  • avoir son siège social en France
  • avoir moins de 8 années d'existence
  • 114 réponses ont été enregistrées et 89 start-up ont été retenues sur la base des critères d'éligibilité. Cette étude a été construite sur la base d'un sondage adressé aux legaltechs par e-mail et mis à disposition sur les réseaux sociaux, sur une période allant du 13 au 24 septembre 2021.

Certaines des legaltechs contactées n'y ont pas répondu. Les sondés ont été invités à se prononcer sur plus d'une quarantaine de questions. Les réponses qui ont pu être vérifiées (date de création, siège social, etc.) l'ont été mais pour les autres, elles reposent sur les déclarations de leurs auteurs, réserve faite des réponses qu'il a été possible de contrôler par croisement avec celles des précédentes éditions du baromètre.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 09 août 2022

Journal du09 août 2022

Journal du 02 août 2022

Journal du02 août 2022

Journal du 26 juillet 2022

Journal du26 juillet 2022

Journal du 19 juillet 2022

Journal du19 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?