AccueilTerritoireLe Chesnay-Rocquencourt veut recycler les mégots

Le Chesnay-Rocquencourt veut recycler les mégots

La commune est la première de la communauté d’agglomération Versailles Grand Parc à se lancer en la matière.
Le Chesnay-Rocquencourt veut recycler les mégots
© Adobe Stock

Territoire Publié le ,

Le projet du Chesnay-Rocquencourt ? Obtenir une ville sans mégots, en installant quatorze cendriers dans des zones très passantes, pour inciter les fumeurs à y recourir. Ces mégots collectés seront par la suite dépollués, sans eau ni solvant toxique, puis recyclés.

Ces déchets sont habituellement incinérés avec les autres déchets. Cette solution, proposée par la start-up Tchao Megot, vise à recycler ce déchet en une nouvelle matière première, ici un isolant éco-conçu pour le bâtiment ou pour le textile.

Pour ce faire, l’entreprise sépare les feuilles, la cendre et le tabac qui deviendront des matières compostables. Ensuite, elle dépollue écologiquement la fibre du filtre où sont concentrés tous les agents toxiques en utilisant, un solvant neutre, en continu et en circuit fermé.

La fibre devenue propre, non toxique et sans odeur, devient un isolant présenté en vrac ou en plaques. Le tout est réutilisable dans l’isolation thermique et phonique pour le bâtiment (combles et façades) et l’isolation de vêtements (dans le rembourrage des doudounes).

Cette solution est triplement vertueuse. Elle permet d’éviter qu’un déchet toxique ne se désintègre dans la nature ou qu’il soit incinéré. En utilisant une matière déjà existante destinée à être jetée, elle permet également d’éviter de puiser dans les ressources de la planète. A titre d’exemple, la confection d’une doudoune permet de recycler 4 500 filtres de mégots de cigarette. S’il est jeté dans la nature, un mégot peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?