AccueilSociétéLe boom du covoiturage quotidien en Île-de-France

Le boom du covoiturage quotidien en Île-de-France

En ces temps de crises énergétique et climatique, le covoiturage a le vent en poupe un peu partout en France. Il est aussi fortement encouragé par le Gouvernement au travers de nouvelles aides.
225 000 covoiturages en Île-de-France, en novembre dernier.
© Adobe Stock - 225 000 covoiturages en Île-de-France, en novembre dernier.

Société Publié le ,

Et si vous preniez comme bonne résolution, en 2023, de vous mettre au covoiturage entre votre domicile et votre travail ? Et bien vous feriez plaisir à la planète, à votre porte-monnaie, et au Gouvernement. Ce dernier a décidé d’accélérer le développement de ce type de transport et d’encourager notamment les trajets de moins de 80 kilomètres. C’est avec ces objectifs en tête qu’un plan d’une durée de cinq ans (2022-2027), d’un montant de 150 millions d’euros, a été présenté dernièrement.

225 000 covoiturages en Île-de-France

Assez logiquement, la région d’Île-de-France arrive, en effet, logiquement et largement en tête avec 225 000 covoiturages en novembre dernier, loin devant la Normandie (91 004) et les Pays de la Loire (81 175), selon les chiffres communiqués par l’Observatoire national du covoiturage (ONC).

Au niveau départemental, 6 des 10 territoires accueillant le plus de covoiturage se trouvent en Île-de-France. Avec 72 046 covoiturages enregistrés en novembre, l’Essonne est le premier département francilien du classement établi par l’ONC, juste derrière la Seine-Maritime (en tête avec 85 445 covoiturages en novembre). Les Yvelines (47 448) complètent ce podium. Le territoire seine-et-marnais devance ses voisins des Hauts-de-Seine (42 493), du Val-de-Marne (41 896) et de la Seine-Saint-Denis (32 753).

Toute région confondue, l’ONC a comptabilisé 666 416 trajets sur cette période, soit une augmentation de 6,49 % entre les mois d’octobre et de novembre. Un record historique selon la plateforme du ministère des Transports.

100 € pour se lancer dans le covoiturage

Depuis du 1er janvier 2023, les conducteurs qui se lancent dans le covoiturage courte-distance recevront une prime de 100 €, via les plateformes de covoi­turage, sous la forme d’un versement progressif : une première partie au 1er covoiturage (25 € minimum) et le reste au 10e covoiturage, dans un délai de 3 mois à compter de son premier covoiturage. Pour les automobilistes qui joueront le jeu, c’est la perspective, selon la promesse du Gouvernement, de réaliser une économie moyenne de 2 000 euros par an.

Conséquence immédiate : les passagers vont être très courtisés, tout comme les conducteurs. Les différentes plateformes de covoiturage comme Karos, Klaxit ou BlaBlaCar Daily devraient proposer une offre promotionnelle durant les prochaines semaines.

Ce moyen de transport séduit aussi de nombreuses entreprises, qui mettent en place des dispositifs pour favoriser les trajets domicile-travail. Les avantages qu’elles peuvent en retirer sont multiples : augmentation du pouvoir d’achat de leurs salariés, amélioration de la cohésion de leurs équipes, réduction de l’empreinte carbone et optimisation des places de stationnement. Des écoles, des universités et des établissements de santé ont emboîté le pas des entreprises et sont désormais adeptes du covoiturage.

L’application Kareos a constaté un nombre de lancements de programmes de covoiturage en entreprises multiplié par 3 en janvier, par rapport à la moyenne mensuelle de 2022. Il ne s’agit pas d’un simple effet de début d’année. Pour preuve, le volume de programmes de covoiturage en entreprise signés par Karos au dernier trimestre a été multiplié par 3,7 par rapport à la moyenne des autres trimestres 2022. Or, le dernier trimestre 2022 coïncide avec à l’annonce du bonus covoiturage.

« Nous ne nous attendons pas à un brusque sursaut en ce début d’année. Nos datas scientists prédisent plutôt un effet boule de neige et une accélération exponentielle sur les prochains semestres, le temps que les entreprises et les campus rejoignent des programmes de covoiturage. Les chiffres en Île-de-France seront les plus intéressants car la Région est précurseur à l’échelle nationale. » conclut Olivier Binet, le cofondateur de Karos. Pour convaincre les hésitants, l’application a annoncé le doublement du bonus pour le premier trajet en covoiturage : 50 euros au lieu des 25 euros minimum prévus par le Gouvernement.

Les courtes distances ciblées

Alors que le covoiturage longue distance s’est rapidement démocratisé, celui concernant les courtes distances demeure encore en retrait. Ce sont justement ces brefs trajets, ceux effectués généralement entre le domicile et le travail, que le Gouvernement a décidé de privilégier dans le cadre de son plan “covoiturage du quotidien 2022-2027”. L’objectif est d’atteindre trois millions de voyages de ce type chaque année d’ici 2027. Quand on sait que 50 millions de voitures circulent chaque jour avec un siège vide, la marge de progression est forcément énorme. Parmi les mesures annoncées, un soutien financier de 100 millions d’euros aux collectivités qui vont favoriser le covoiturage va être mis en place. Le Gouvernement consent aussi un effort sur le développement d’infrastructures idoines (aires, voies dédiées, lignes de covoiturage…).

Avec l’instauration prochaine de ces différentes mesures, on s’attend donc à une augmentation sensible des trajets de courte distance. C’est surtout la mise en place du bonus incitatif de 100 euros qui devrait provoquer un afflux de nouveaux inscrits. En 2023, prendre la route pourrait bien devenir un plaisir partagé…

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 31 janvier 2023

Journal du31 janvier 2023

Journal du 24 janvier 2023

Journal du24 janvier 2023

Journal du 17 janvier 2023

Journal du17 janvier 2023

Journal du 10 janvier 2023

Journal du10 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?