AccueilTerritoireLa suppression de trains des RER C et D dénoncée par des élus

La suppression de trains des RER C et D dénoncée par des élus

Face à la suppression de 19 trains du RER C et 31 trains du RER D chaque jour depuis cet été, six élus essonniens sont montés au créneau.
La suppression de trains des RER C et D dénoncée par des élus
© Adobe Stock

Territoire Publié le ,

Des trains supprimés, alors que la rentrée bât son plein. Depuis la rentrée, et pour une durée indéfinie, 19 trains du RERC et 31 trains du RER D sont supprimés du lundi au vendredi. Le motif invoqué par SCNF Transiliens ? Le manque d'effectifs. Dans une lettre adressée à Sylvie Charles, la directrice de Transilien SCNF, Sophie Rigault (Département), Michel Bisson (Grand Paris Sud), Eric Braive (Cœur d’Essonne Agglomération), Grégoire de Lasteyrie (Paris-Saclay) et Rémi Boyer (CC du Dourdannais en Hurepoix) ont déploré ces « annonces tardives », qui ont « pris au dépourvu de nombreux usagers ». Se faisant porte-voix des préoccupations des usagers, ces six élus ont également dénoncé « l’absence d’une communication claire de la part de SNCF Transilien dans des délais suffisants ».

« Quelques suppressions de trains sont à prévoir du 05 au 30 septembre du lundi au vendredi en raison de difficultés liées à un manque de personnel. Avant de vous rendre en gare, vérifiez l’horaire de votre train sur le média de votre choix », a sobrement annoncé la SNCF aux usagers.

Or, le réseau de transport en Essonne est déjà soumis à de fortes tensions, compte tenu de la croissance constante des besoins en déplacement. « Les lignes C et D du RER constituent la colonne vertébrale de l’offre de transport en commun sur le territoire et une réduction même partielle de l’offre aura des répercussions conséquentes sur les déplacements des essonniens et sur l’activité du RER, à l’heure où nous voulons inciter nos concitoyens à favoriser les mobilités partagées. Nous regrettons donc que l’offre de transports publics en grande Couronne, en particulier en Essonne, constitue, une fois encore, la variable d’ajustement à des problématiques internes à la SNCF », ont ajouté les signataires de cette lettre.

Si les tensions sur la main d’œuvre sont jugées réelles, ces élus essonniens considèrent qu’elles sont connues depuis plusieurs mois et auraient dû être anticipées. Aussi, ils demandent à SNCF Transilien « d’assurer la continuité du service public sur les deux lignes de RER », dans des « conditions satisfaisantes », et de « rétablir sans tarder » les trains supprimés.

« L’offre de transport public en grande couronne ne doit pas être la variable d’ajustement des problématiques internes de la SNCF », a souligné plus récemment François Durovray.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner

Journal du27 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 13 septembre 2022

Journal du13 septembre 2022

Journal du 06 septembre 2022

Journal du06 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?