AccueilSociétéLa préfecture d’Ile-de-France en lutte contre la précarité menstruelle

Précarité La préfecture d’Ile-de-France en lutte contre la précarité menstruelle

Après une expérimentation nationale d’un million d’euro en 2020, l’Etat a alloué à son budget 2021 la somme de 5 millions d’euros pour lutter contre la précarité menstruelle.
La préfecture d’Ile-de-France en lutte contre la précarité menstruelle
© Adobe Stock

Société Publié le ,

La lutte contre la précarité menstruelle fait partie des budgets qui ont été augmentés entre 2020 et 2021. La somme allouée à cette problématique est passée d’un à cinq millions d’euros. En Ile-de-France, huit projets de lutte contre la précarité menstruelle ont été retenus et seront soutenus par les services de l’Etat à hauteur de 506 000 euros. Ces projets ont été choisis pour donner suite à un appel à candidature organisé par la Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement (DRIHL) ainsi que par la Direction régionale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes (DRDFE). Ces deux instances se sont associées en lançant un appel à candidatures commun.

Le budget de cinq millions vise à soutenir des actions régionales ou interdépartementales de lutte contre la précarité menstruelle, des projets destinés notamment aux étudiantes, aux femmes hébergées à l’hôtel, ainsi qu’aux femmes bénéficiant des dispositifs de veille sociale. Au total, huit des 23 projets déposés ont été sélectionnés par la préfecture et ont été récompensés.

  1. Co’p1-Solidarités étudiantes

Cette association, neutre et apartisane a été créée par des étudiants, à destination des étudiants, afin de lutter contre la précarité étudiante, en organisant des distributions gratuites d’invendus de denrées alimentaires mais également de produits de première nécessité, dont des protections hygiéniques pour les étudiantes. Ces distributions sont ouvertes sans conditions de ressources et sans distinguer selon l’établissement de l’étudiant. Cette association agit à Paris et dans les Hauts-de-Seine.

  1. Groupe SOS Solidarités

Le groupe SOS Solidarité a été créé il y a 35 ans et a pour ambition d’apporter une réponse globale et adaptée aux problématiques de chaque individu. L’association agit dans la région parisienne et à Marseille. Le groupe s’est associé à l’association Règles élémentaires, cette dernière lutte depuis 2015 contre la précarité menstruelle. Les deux associations se sont mobilisées pour collecter et distribuer des boîtes de protections hygiéniques au sein des structures d’hébergement et de veille sociale.

  1. ESI Emmaüs Solidarité

La célèbre association d’aide aux plus précaires a également organisé des collectes et des distributions de protections hygiéniques à travers la région Ile-de-France. Les différents accueils de jour d’Emmaüs proposaient aux femmes en plus des denrées alimentaires, un accès gratuit aux protections périodiques.

  1.  Amicale du Nid

L’amicale du Nid est une association qui mène des actions envers les personnes en situation de prostitution et de défense des droits des femmes. Les principes qui guident son action sont les principes républicains suivants : l’égalité entre les femmes et les hommes, le corps humain ne peut être considéré comme un bien, comme une chose, ou une marchandise, le corps n’étant pas un instrument, le principe de dignité de la personne humaine qui vise notamment à garantir son intégrité physique et psychologique contre toute atteinte extérieure.

  1. Humanity Diaspo

Fondée en 2018, Humanity Diaspo souhaite soutenir les populations vulnérables en France et à travers le monde avec l’objectif d’encourager l’émancipation des populations. L’égalité entre les sexes fait partie intégrante des combats menés par l’association. Les principaux bénéficiaires des aides de l’association sont les personnes en situation d’extrême précarité.

  1. Proses

L’association P.R.O.S.E.S lutte et contribue à la réduction des risques liés à la consommation de drogues depuis 1997. Elle propose un accueil gratuit et anonyme à toutes les personnes qui le souhaitent.           Les équipes accompagnent les publics dans le besoin et sera accompagné par la préfecture dans son projet pour la lutte contre la précarité menstruelle.

  1. HUB de la réussite

Le HUB de la réussite est un écosystème favorisant l’insertion professionnelle des jeunes dans le milieu rural. Il dispose de plusieurs centres dans la région Ile-de-France, notamment à Cergy et dans les Yvelines. A l’image des sept autres associations, elle a obtenu le soutien de la préfecture pour son projet qui sera lancé d’ici la fin de l’année.

  1. Paris Saclay

Le campus Paris Saclay est l’un des plus importants de France, l’université s’est cette année lancée dans la lutte contre la précarité menstruelle. Elle a notamment lancée le projet « Plus jamais dans le rouge ! » Elle organise l’installation de onze distributeurs de protections périodique et gère un stock pour les 5 000 étudiantes boursières de l’université et organise des mesures de sensibilisation aux protections réutilisables.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?