AccueilSociétéLa phase d’expérimentation des nouvelles mobilités aériennes urbaines est lancée

La phase d’expérimentation des nouvelles mobilités aériennes urbaines est lancée

Les constructeurs ont récemment présenté leurs prototypes de nouvelles mobilités urbaines aériennes. Plus concrètement, il s’agit de drones volants qui pourraient être disponibles dans la capitale dès le début 2024.
La phase d’expérimentation des nouvelles mobilités aériennes urbaines est lancée
© Adobe Stock

Société Publié le ,

Le secteur des aéronefs électriques à décollage vertical a le vent en poupe. Lors d’un après-midi de présentation, organisé au sein de l’aérodrome de Pontoise, la Région Ile-de-France a inauguré, en présence du ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, la zone de tests dédiée aux nouvelles mobilités aériennes urbaines. Cette journée marquait également le début des expérimentations en conditions réelles pour les engins volants électriques. Dignes des meilleurs films de science-fiction, ils pourraient investir le ciel francilien dès l’été 2024. Plusieurs modèles ont été présentés, parmi eux, des drones ressemblant à de petits hélicoptères, totalement autonomes et électriques. L’objectif est de déployer la flotte pendant les Jeux de Paris 2024 afin de faciliter le transport des personnes dans la capitale et à travers la région, notamment entre le centre-ville et les différents aéroports franciliens.

Plusieurs constructeurs se sont déjà positionnés sur le marché des drones de transport de personnes, dont la société allemande Volocopter et son Volocity. Equipé de neuf batteries et 18 moteurs, il peut atteindre une vitesse en vol de 110 kilomètres par heure à une altitude de 400 à 500 m et dispose d’une autonomie de 35 km.

Lors de cet après-midi consacré à la présentation des nouvelles mobilités aériennes urbaines, les sujets évoqués par les intervenants étaient ceux de l’acceptabilité par la population de ces nouveaux engins, notamment en ce qui concerne la sécurité liée à leur déploiement à grande échelle sur un territoire tel que la métropole parisienne. La question de la qualification des usages de ces derniers a également été évoquée. Les différentes campagnes de tests prévues à l’aérodrome de Pontoise serviront en grande partie à répondre à ces interrogations.


© MSM - Augustin de Romanet, Jean-Baptiste Djebbari, Catherine Guillouard et Alexandra Dublanche ont inauguré la nouvelle zone de test de l'aérodrome de Pontoise.

Des véhicules silencieux

Les aéronefs électriques de transports disposent de plusieurs qualités, parmi lesquelles, leur silence. Grâce à leurs moteurs totalement électriques, l’impact acoustique de ces véhicules est très faible. Plusieurs études pour réduire au maximum le nombre de décibels émis par les drones sont en cours. Leur autre principale qualité est leur faible impact écologique, il s’agit des débuts de l’aéronautique décarboné. Les taxis volants permettent également de se rendre rapidement d’un point A à un point B, sans risquer de tomber dans les embouteillages, importants dans la métropole parisienne. Leur principal défaut est, à ce jour, leur autonomie qui n’est que d’une trentaine de kilomètres. Pour le moment, ces engins ne sont pas destinés à faire de longs trajets, mais à assurer des déplacements dans une même métropole.

Un développement soutenu par l’Etat

Lors de la présentation, Augustin de Romanet, PDG du groupe Aéroport de Paris (ADP), a rappelé l’importance de cette campagne de tests : « Nous avons su faire en sorte que la science-fiction devienne une réalité, notre objectif est d’être au rendez-vous pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Nous allons faire naître le premier vertiport européen, c’est une nouvelle grande étape pour l’aéronautique. ».

De son côté, Catherine Guillouard, présidente-directrice générale de la Régie autonome des transports parisiens (RATP), a évoqué les chiffres importants de ce projet : « Il y a 150 candidatures déjà déposées, cela représente directement ou indirectement 90 000 emplois. Il s’agit d’un véritable marché où nous devons être bien représentés. » Lors de sa prise de parole, elle a également abordé l’idée du prix d’un trajet à bord d’un de ces appareils futuristes : « Il faut que ce moyen de transport reste accessible, nous misons sur une centaine d’euros en moyenne par trajet » a-t-elle déclaré.

Était également présente, Alexandra Dublanche, vice-présidente de la Région Ile-de-France, en charge de la Relance, de l’Attractivité, du Développement économique et de l’Innovation. Elle s’est dite enthousiaste de voir que Paris servira de lancement au transport aérien décarboné : « La mobilité aérienne de demain se construit sur l’aérodrome de Pontoise, grâce au soutien de la Région Île-de-France et de l’ensemble de l’écosystème francilien. Outre notre soutien à l’avion électrique ou encore au développement de solutions centrées sur l’hydrogène dans l’aviation, cette initiative participera à renforcer notre statut de première région européenne en matière d’aéronautique et de spatial. À l’approche des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, la maîtrise de ces nouvelles technologies et usages dans une zone dense comme l’Île-de-France n’est pas une option. ».

La série de discours s’est achevée avec la déclaration du ministre Jean-Baptiste
Djebbari. Il a notamment rappelé l’engagement de l’Etat dans le déploiement de ce type de transport : « Au salon du Bourget de 2019, le Groupe ADP, le Groupe RATP et Airbus avaient annoncé le lancement, avec le soutien du ministère des Transports, d'une étude pour la mise en œuvre d'un service de mobilité aérienne urbaine pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Je me félicite de voir aujourd'hui, l’une des suites concrètes de ce partenariat se réaliser ici à Pontoise et de tout l'écosystème qui s'y rassemble. L'Etat est pleinement engagé sur les financements avec déjà près de 25 millions d'euros apportés par le Conseil pour la Recherche Aéronautique Civile (CORAC) pour le développement des taxis volants, mais aussi pour l'accompagnement des projets avec la DGAC et l'Agence de l'Innovation pour les transports ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 juin 2022

Journal du28 juin 2022

Journal du 21 juin 2022

Journal du21 juin 2022

Journal du 14 juin 2022

Journal du14 juin 2022

Journal du 07 juin 2022

Journal du07 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?