AccueilÉconomieLa FNAIM fait le point sur le nouveau DPE

La FNAIM fait le point sur le nouveau DPE

La réforme du diagnostic de performance énergétique (DPE) est récemment entrée en vigueur. Si le nouveau DPE, obligatoire pour tous les logements mis en vente ou à la location, est désormais opposable, il signalera plus encore les logements énergivores, notamment ceux classés F et G, interdits à la location à l'horizon 2028.
La FNAIM fait le point sur le nouveau DPE
© Adobe Stock

Économie Publié le ,

Alors que la réforme du diagnostic de performance énergétique est entrée en vigueur au début du mois, la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM) fait le point et délivre quelques conseils aux potentiels acquéreurs d'un bien immobilier. Pour Thierry Marchand, Président de la chambre des diagnostiqueurs FNAIM, ce nouveau plan énergétique est mieux pensé : « Ce nouveau DPE devient plus cohérent au plan écologique : c'est bienvenu vu le poids de 25 % du bâtiment dans l'émission de gaz à effet de serre en France ». Dans un souci de lisibilité et de fiabilité, le diagnostic reposera désormais sur une étude approfondie des caractéristiques techniques du bâtiment (isolation, matériaux de construction, modes de chauffage, etc). Ainsi, la méthode de calcul dite « sur factures »,
disparaîtra au cours de l'été, au profit de la méthode conventionnelle, conservée dans une forme révisée. Le mode de calcul était jugé imparfait par la FNAIM car il ne dépendait pas uniquement des caractéristiques du logement mais également du mode de vie des occupants.

Par ailleurs, l'étude intégrera deux nouveaux usages énergétiques, en plus du chauffage, du refroidissement et de la production d'eau chaude : l'éclairage et la ventilation.

Si la FNAIM est plutôt satisfaite de ce nouveau DPE, ses responsables ne minimisent pas les changements qu'il entraînera dans le secteur de l'immobilier : « Selon les premiers retours que nous avons, 200 000 logements chauffés au gaz et 600 000 logements chauffés au fioul deviennent des « logements énergivores » explique Jean-Marc Torrollion, président de la FNAIM. « À l'inverse, bien sûr, des logements classés F basculeront en E. 40 % des biens vont changer de classe entre le nouveau et l'ancien DPE. Il faut se préparer à ce que beaucoup de Français soient surpris de leur classement DPE, y compris de la déception par rapport au classement A, B ou C qu'ils pensaient avoir. » conclut-il.

Les logements E, F et G condamnés

Une fois la réforme en vigueur, les logements classés E, F et G selon les nouveaux critères du DPE seront condamnés à être rénovés. D'ici 2028, les logements F et G seront interdits à la location, les logements classés E le seront eux à partir de 2034. La FNAIM alerte alors sur un risque de dévalorisation de ces biens : « Il y aura bien entendu un risque de dévalorisation du patrimoine pour les propriétaires qui ne voudraient pas, ou ne pourraient pas, rénover leurs biens pour leur permettre une meilleure classification énergétique. ».

Jean Marc Torrollion estime cependant que ce virage écologique est nécessaire : « Ce nouveau DPE représente une transition, mais à la mesure du défi écologique qui s'impose plus globalement à l'immobilier. Ce nouveau DPE permettra de confirmer et peut-être d'accélérer la tendance de fond de ces dernières années en faisant augmenter la « valeur verte » dans les processus d'achat. Tout l'enjeu de la profession sera d'accompagner au mieux les consommateurs pour tenir compte de cette réalité et participer à l'effort nécessaire de rénovation énergétique du parc immobilier français ». L'objectif pour la FNAIM est donc de rénover et de conserver son bâti ancien. C'est un « enjeu considérable » pour le président.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?