AccueilÉconomieL'Essonne en force au concours Créatrices d'Avenir

L'Essonne en force au concours Créatrices d'Avenir

Les 15 finalistes du concours Créatrices d'Avenir ont été dévoilées. L'Essonne s'est particulièrement illustrée, avec trois entrepreneuses qui concourront le 23 novembre prochain.
L'Essonne en force au concours Créatrices d'Avenir
© DR - Cérémonie de remise des Trophées en 2019.

Économie Publié le ,

Le programme d'accompagnement dédié à l'entreprenariat des femmes franciliennes, organisé par Initiative Île-de-France, présente chaque année 15 entrepreneuses retenues par un jury pour participer à sa “grande finale”. Innovation industrielle, projets associatifs, savoir-faire artisanal, production agricole... Le palmarès 2020 des Créatrices d'Avenir reflète la richesse de l'univers entrepreneurial féminin francilien, pour Loïc Dupont, président d'Initiative Île-de-France. « Un univers qui, dans cette période si particulière de crise sanitaire et d'incertitude économique, mérite plus que jamais, toute notre attention », souligne-t-il. A côté du trophée emblématique de la Créatrice d'Avenir 2020, les entrepreneuses sont appelées à concourir dans cinq grandes catégories.

Pour le Trophée Créatrices d'Avenir « Entreprise responsable », récompensant une femme ayant créé une structure conciliant activité économique et responsabilité sociale ou environnementale, Anna Ketsia Plesel, pour Ma Petite Maison Verte (Massy), bâtisseur de petits habitats écologiques, autonomes en énergies et socialement responsables construits avec des matériaux écologiques (issus de recyclage et recyclables).

Dans la catégorie « Innovation », qui récompense une femme ayant créé une structure s'inscrivant dans une démarche innovante au sens large, Marion Canale a été retenue pour Cearitis (Châtillon), une société proposant des systèmes de biocontrôle attractifs et répulsifs pour lutter contre les ravageurs agricoles et protéger les cultures.

Quant au Trophée Créatrices d'Avenir
« Quartier », qui récompense une femme issue d'un quartier prioritaire de la politique de la ville ayant créé une entreprise, le jury a choisi a désigné Audrey Tshiosha, pour Kaja Food (Massy), une marque proposant une gamme de produits apéritifs surgelés d'inspiration africaine et de fabrication artisanale. La société se présente comme pionnière du snacking africain.

Pour le Trophée « Savoir-faire », récompensant une femme ayant créé une structure mettant à l'honneur une technique de fabrication spécifique, c'est cette fois-ci une Yevelinoise qui a retenu l'attention du jury, Sophie Fourmaux (Voisins-le-Bretonneux), créatrice et rénovatrice d'abat-jours, d'objets de décoration (appliques et décorations murales, bougies, textiles, fleurs séchées...) et de bijoux.

Les 15 finalistes vont bénéficier d'un coaching d'ici la finale, prévue pour le 23 novembre prochain en visio-conférence.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?