AccueilÉconomieJonathan Toulemonde: " Westfield Vélizy 2 a vocation à d'avantage s'engager dans la vie de la cité "

Jonathan Toulemonde: " Westfield Vélizy 2 a vocation à d'avantage s'engager dans la vie de la cité "

Directeur du centre commercial Westfield Vélizy 2, Jonathan Toulemonde revient sur la politique d'inclusion mise en place depuis son arrivée, « il y a un an et 9 mois ». Le dirigeant se montre confiant en l'avenir, après avoir été contraint de fermer le centre durant trois mois et demi, la période étant propice au shopping. Si lors des précédents déconfinements l'affluence a été moins élevée que d'ordinaire, les clients venus faire leurs emplettes ont d'avantage consommé.
Jonathan Toulemonde:
©DR

Économie Publié le ,

Quel a été votre axe de travail privilégié depuis votre prise de fonction ?

En 2020, nous nous sommes fortement engagés sur un projet qui me tenait beaucoup à cœur. Pendant plusieurs mois, nous avons préparé la création et le lancement d'un Comité d'inclusion sociale, pour aller vraiment plus loin que ce que la réglementation impose en matière d'accueil des personnes en situation de handicap. Nous avons organisé des rencontres et des audits du centre commercial avec quatre grandes associations spécialisées, l'ADAPEI de Vélizy – Villacoublay (Association départementale des amis et parents de personnes handicapées mentales), l'association Valentin Haüy et l'association des chiens d'aveugle (cécité et déficiences visuelles), Du Bruit Dans Ma Vie (surdité et malentendants), l'association des Paralysés de France, l'ESAT de Vélizy – Villacoublay. Ce travail, en lien avec la Ville de Vélizy-Villacoublay, était un préalable à la mise en place de nouveaux services. Le 3 décembre 2020, journée internationale du handicap, nous avons signé avec le maire de la commune, Pascal Thévenot, la convention de lancement du dispositif.

Pour commencer, à la demande des associations, nous avons convenu de mettre en place trois scooters électriques à quatre roues (gratuits) au niveau de l'accueil, pour des personnes qui auraient des problèmes en matière d'accessibilité (personnes obèses, blessées, ou plâtrées, femmes enceintes, etc.). Puis nous sommes allés beaucoup plus loin, avec la création d'un shopping personnalisé individuel. Nous faisons un test à Vélizy 2 durant quelque mois. Toutes les personnes en situations de handicap ou de gêne particulière ont la possibilité de nous appeler pour réserver un créneau horaire. Une hôtesse les accompagne durant leur shopping. Elle a été spécialement formée aux quatre grandes familles du handicap (Malvoyance, cécité, handicap physique, handicap mental, surdité) par l'UNAPEI 69. La direction du centre et les prestataires en contact avec le public (soit une vingtaine de personnes) ont été initiés de la même manière à l'accueil des personnes en situation de handicap. C'est quelque chose de fort, d'innovant, qui me semblait très important d'accomplir. C'était une contribution importante pour nous engager davantage pour l'accueil des personnes en situation de handicap.

D'autres initiatives ont été menée dans la même veine ?

En matière d'inclusion mais plutôt professionnelle, nous avons reconduit un partenariat avec Skola, un projet créé par les apprentis d'Auteuil, qui vise à former une vingtaine de stagiaires de 16 à 30 ans (prioritairement peu ou pas qualifiés, et éloignés de l'emploi) de façon théorique et pratique pendant deux mois. Nous leur avons mis à disposition deux cellules vacante. Une première dans laquelle ils ont pu suivre des cours intensifs en petit comité avec des professeurs (en coaching, management, vente, …). Une seconde dans laquelle ils ont pu, le reste de la journée, s'exercer directement à la vente dans un magasin spécialement aménagé pour eux, avec des créateurs. Ils ont obtenu à la fin un diplôme de vendeur qualifié.

Nous avons souhaité reconduire cette initiative une troisième fois cette année. J'ai la conviction que notre grand centre de shopping a vraiment vocation à d'avantage s'engager dans la vie de la cité, et à s'ouvrir à ces initiatives, à des tiers-lieux, à ces thématiques de l'inclusion sociale notamment. Nous avons beaucoup de capacités, de moyens à mettre à disposition d'associations ou de problématiques de ce genre. C'est une démarche très complète et très poussée.

Vous tissez des liens localement ?

Tout à fait, l'idée, c'est de proposer à ce type d'associations (type ressourceries par exemple) des opérations de visibilité pour les faire connaitre. Nous souhaitons travailler en synergie avec ces acteurs de l'économie sociale et solidaire, leur permettre de rencontrer un public nombreux, de créer des ateliers. Il est sain et bon de s'ouvrir de plus en plus à ce niveau.

La réouverture a eu lieu le 19 mai. Quel était votre état d'esprit ?

Nous étions très heureux et très impatients de rouvrir. Nous nous sentions vraiment prêts, puisqu'il s'agit de notre troisième réouverture. Nous n'avions pas vu nos clients depuis trois mois et demi. Sur 12 mois, c'est un jour de fermeture sur deux. C'est colossal, et dramatique en termes de chiffre d'affaires, de trésorerie, de stock, d'impact sur l'emploi. Vélizy 2, c'est 200 enseignes, 2500 emplois (sans compter les collaborateurs de l'hypermarché Auchan) qui ont été mis en inactivité. Le centre a été vraiment mis en sommeil, nous n'avions plus de possibilités de faire de click and collect, tous les commerces essentiels de type téléphonie, électronique, électroménager étaient fermés, cette fois-ci. L'envie de retrouver son outil de travail était vraiment prégnante.

Quel protocole sanitaire avez-vous mis en place ?

Il est soumis aux autorités, préfecture/mairie, et relu par des tiers indépendants. Nous avons des compteurs de fréquentation à toutes les portes, pour mesurer les jauges, des capteurs pour mesurer la qualité de l'air, et si besoin, nous pouvons renouveler l'air par des opérations de ventilation naturelle ou mécanique. Nous avons aussi prévu une vingtaine d'agents le week-end et un peu moins en semaine pour expliquer, donner du sens, rassurer les clients et faire appliquer les règles.

Quelle était la fréquentation avant la crise sanitaire ?

2019 était une très bonne année, nous étions passées de 14 millions en 2017 à 15,8 millions de visiteurs à fin 2019. Nous avons profité de notre très belle extension inaugurée en mars 2019 avec 25 nouveaux restaurants et pauses gourmandes et un très beau multiplex de 18 salles. Pour 2020, nous ne communiquons pas de chiffres pas à ce stade, mais avec un jour de fermeture sur deux, je vous laisse imaginer l'impact… c'est catastrophique. L'année a été très éprouvante pour tout le monde.

Et pour les prochaines semaines ?

Nous sommes confiants. Les clients sont rassurés par le niveau de vaccination. Ils étaient revenus assez rapidement après les premières et secondes réouvertures. Nous avons compté moins de promeneurs, mais plus d'acheteurs, avec des paniers moyens élevés. L'équation est bonne. La période est propice, avec la fête des mères récemment. Il y a beaucoup de personnes à rééquiper, notamment les enfants. Ce qui peut venir limiter un peu l'affluence, c'est le télétravail pour une cinquantaine de milliers salariés du parc Inovel. Leur retour dans notre pôle restauration/loisir et notre centre de shopping sera progressif. Mais nous sommes confiants.

Le cinéma UGC a rouvert également. Cela permet de drainer plus de clients ?

Oui tout à fait, l'ouverture a été pour nous une très très bonne nouvelle. La jauge a été fixée à hauteur de 35 %, puis est passée à 65 %, ce qui permet aux équipes de se roder et de mettre en place un protocole sanitaire très strict. Après ce qui sera vraiment différent, c'est l'offre des films va monter en puissance, dès maintenant jusqu'au début de l'été.

De nouvelles boutiques sont prévues ?

Westfield Vélizy 2 est un centre très demandé. Nous avons une très belle zone de chalandise. Nous sommes très bien desservis en transports en commun et par les axes routiers principaux. Nous avons une zone d'activité qui est un vrai poumon économique, le parc Inovel. Nous avons eu quelques fermetures liées à des sociétés qui se portaient mal, nous avons peu de vacance, et une liste d'attente d'enseignes qui veulent rentrer dans le centre, de la grande enseigne internationale américaine, en passant par de la plus petite locale française. Donc nous sommes confiants sur le sujet.

Le passage sous la bannière Westfield a dopé l'attractivité du centre ?

Oui, nous travaillons beaucoup plus d'espaces dédiés aux loisirs et à la restauration (avec l'extension des Tables de Vélizy 2 en mars 2019), faisant la part belle à ces zones de rencontres de loisirs. Et puis des grandes animations, de grands concerts, à l'instar de ce que nous avons réalisé en octobre 2019 pour le rebranding Westfield avec des grands artistes de classe internationale.

Votre stratégie à l'avenir donnera la part belle au numérique ?

Nous sommes très actifs d'un point de vue digital en marketing notamment (au niveau des réseaux sociaux, campagne publicitaire), à l'adresse de nos clients et non clients ; et nous sommes absolument convaincus que nos centres de shopping sont des lieux de rencontre, de restauration, de loisirs, que ce soit en famille, entre amis ou entre collègues. C'est complémentaire, nous l'avons particulièrement ressenti pendant cette période de confinement. Nous sommes encore très demandés, prisés par les clients et les habitants. Pour ce qui concerne les évolutions de type drive et autres, nous y avons aussi répondu, en installant un drive sur le parking par exemple, pour permettre aux enseignes du centre de déposer leurs colis à leurs clients dans le respect des règles sanitaires. Nous avons fait d'excellents scores avec des enseignes comme Go sport, Hollister, Abercrombie & Fitch, qui participent à ce drive. Cela nous a forcé à nous adapter très rapidement et à nous approprier ces nouveaux outils.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?