AccueilTerritoireIle-de-France Mobilités approuve le calendrier de l'ouverture à la concurrence des trains et RER

Ile-de-France Mobilités approuve le calendrier de l'ouverture à la concurrence des trains et RER

Le Conseil d'administration d'Ile-de-France Mobilités a approuvé dernièrement le calendrier de l'ouverture à la concurrence des trains et RER actuellement exploités par la SNCF, l'arrivée de nouveaux exploitants étant attendue par étapes entre 2023 et 2033.
Ile-de-France Mobilités approuve le calendrier de l'ouverture à la concurrence des trains et RER
© Adobe Stock

Territoire Publié le ,

L'autorité régionale des transports entend passer son premier appel d'offres à la mi-2021 avec un lot comprenant les lignes de trams-trains T4 et T11, ainsi que la branche Esbly-Crécy de la ligne P. Le nouvel exploitant serait désigné à la mi-2022 et arriverait aux manettes en décembre 2023. Ces lignes isolées des autres – qui représentent 4,2 % de l'activité de SNCF Transilien – partagent le même atelier et vont disposer du même matériel roulant, ce qui en fait “un lot cohérent”, selon le dossier d'Ile-de-France Mobilités adopté en conseil.

Le nouvel opérateur pourra bien sûr être la SNCF, si elle remporte l'appel d'offres. Ile-de-France Mobilités prévoit ensuite de mettre en concurrence les futurs trams-trains T12 et T13, actuellement en construction : appel d'offres début 2022, désignation du vainqueur en 2023 et son arrivée en décembre 2024. Suivront les lignes J et L de la banlieue Saint-Lazare, avec les premiers trains de la concurrence en décembre 2025, puis les N et U du faisceau Montparnasse un an plus tard. Les lignes D et C du RER doivent fermer la marche, avec les premiers trains de la concurrence attendus en décembre 2032 et décembre 2033 respectivement. Pour les lignes A et B, partagées avec la RATP, la loi ne prévoit pas d'ouverture à la concurrence avant le 31 décembre 2039.

Ile-de-France Mobilités attend essentiellement de la concurrence « une amélioration de la qualité du service, une redynamisation des lignes Transilien en souffrance et une baisse des coûts », selon le dossier approuvé par le conseil d'administration. L'autorité régionale a signé par ailleurs un contrat de 12 milliards d'euros avec la SNCF pour l'exploitation des trains de banlieue de la région parisienne sur la période 2020-2023. n

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 17 mai 2022

Journal du17 mai 2022

Journal du 10 mai 2022

Journal du10 mai 2022

Journal du 03 mai 2022

Journal du03 mai 2022

Journal du 26 avril 2022

Journal du26 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?