AccueilTerritoireIle-de-France Mobilités approuve le calendrier de l'ouverture à la concurrence des trains et RER

Ile-de-France Mobilités approuve le calendrier de l'ouverture à la concurrence des trains et RER

Le Conseil d'administration d'Ile-de-France Mobilités a approuvé dernièrement le calendrier de l'ouverture à la concurrence des trains et RER actuellement exploités par la SNCF, l'arrivée de nouveaux exploitants étant attendue par étapes entre 2023 et 2033.
Ile-de-France Mobilités approuve le calendrier de l'ouverture à la concurrence des trains et RER
© Adobe Stock

Territoire Publié le ,

L'autorité régionale des transports entend passer son premier appel d'offres à la mi-2021 avec un lot comprenant les lignes de trams-trains T4 et T11, ainsi que la branche Esbly-Crécy de la ligne P. Le nouvel exploitant serait désigné à la mi-2022 et arriverait aux manettes en décembre 2023. Ces lignes isolées des autres – qui représentent 4,2 % de l'activité de SNCF Transilien – partagent le même atelier et vont disposer du même matériel roulant, ce qui en fait “un lot cohérent”, selon le dossier d'Ile-de-France Mobilités adopté en conseil.

Le nouvel opérateur pourra bien sûr être la SNCF, si elle remporte l'appel d'offres. Ile-de-France Mobilités prévoit ensuite de mettre en concurrence les futurs trams-trains T12 et T13, actuellement en construction : appel d'offres début 2022, désignation du vainqueur en 2023 et son arrivée en décembre 2024. Suivront les lignes J et L de la banlieue Saint-Lazare, avec les premiers trains de la concurrence en décembre 2025, puis les N et U du faisceau Montparnasse un an plus tard. Les lignes D et C du RER doivent fermer la marche, avec les premiers trains de la concurrence attendus en décembre 2032 et décembre 2033 respectivement. Pour les lignes A et B, partagées avec la RATP, la loi ne prévoit pas d'ouverture à la concurrence avant le 31 décembre 2039.

Ile-de-France Mobilités attend essentiellement de la concurrence « une amélioration de la qualité du service, une redynamisation des lignes Transilien en souffrance et une baisse des coûts », selon le dossier approuvé par le conseil d'administration. L'autorité régionale a signé par ailleurs un contrat de 12 milliards d'euros avec la SNCF pour l'exploitation des trains de banlieue de la région parisienne sur la période 2020-2023. n

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?