AccueilÉconomieHausse des prix des matériaux : la Fédération française du bâtiment alerte les pouvoirs publics

Hausse des prix des matériaux : la Fédération française du bâtiment alerte les pouvoirs publics

Dans un courrier envoyé au Préfet de l'Essonne, mais également à l'ensemble des parlementaires du département, le Président de la Fédération française du Bâtiment de l'Essonne a souhaité tirer la sonnette d'alarme sur l'avenir de l'activité à court terme.
Hausse des prix des matériaux : la Fédération française du bâtiment alerte les pouvoirs publics
©Adobestock

Économie Publié le ,

La raison ? La hausse des prix qui frappe actuellement les matières premières, jugée démentielle par la FFB 91. Déjà fragilisé par la crise sanitaire, le secteur du bâtiment a su se réinventer, et a même assumé son rôle de pilier de la relance de l'économie.

Dès le début de la crise, « le secteur s'est mis en ordre de marche pour participer à l'effort commun », rappelle Fabien Daurat, le président de la Fédération. Et malgré la baisse de 15% de l'activité, le bâtiment tient. Cependant, c'est une nouvelle problématique qui vient s'ajouter à la crise actuelle. Pour Fabien Daurat, « L'ensemble de l'économie de notre secteur est fragilisé, menacée par une cause pourtant extérieure à notre activité, mais dont malheureusement elle dépend. »

Invitée tardive de cette crise, la hausse des coûts de nos matières premières est aujourd'hui une réalité. D'abord observé sur les produits acier et cuivre, puis sur le bois de construction et les autres métaux non ferreux, le mouvement a plus récemment gagné d'autres matières premières. Il n'est plus rare de recevoir des offres à +30 %, voire plus encore, sur les produits bâtiment, fait observer la FFB 91. « Nous connaissons que trop bien ce genre de problématique. Le dérèglement des filières de production, comme celle que nous vivons, se solde généralement par des pénuries, et des difficultés d'approvisionnement qui, elles-mêmes, entraînent de nouveau une hausse des coûts. Une véritable spirale ! », déplore Fabien Daurat, qui ajoute que « c'est la double peine pour notre secteur. ».

En effet, en plus de subir de plein fouet cette situation, force est de constater qu'aujourd'hui, l'ensemble des marchés du territoire sont signés à prix fermes, sans clause de révision, souligne la FFB 91. « Ces chantiers, au vu de la situation décrite ci-dessus, se révèleront systématiquement à perte. »

Aussi, la Fédération française du Bâtiment de l'Essonne demande une action simple, rapide et efficace aux pouvoirs publics. Le gel des pénalités de retard pour les chantiers en cours le temps que le marché des matières premières revienne à la normale. Fabien Daurat attend également que soit remontée au sommet de l'Etat « la détresse, grandissante, des entreprises de notre département sur cette problématique. Qui impacte tout particulièrement notre secteur. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?