AccueilTerritoireGPSO étend son réseau d’eau adoucie

ILE-DE-FRANCE GPSO étend son réseau d’eau adoucie

La communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSO) part à la conquête de l’eau moins calcaire, grâce à sa technique de décarbonation.
GPSO étend son réseau d’eau adoucie
© Adobe Stock

Territoire Publié le ,

En grande majorité, les Français sont satisfaits de la qualité de l’eau du robinet. Cependant, un reproche revient assez fréquemment, il s’agit de la teneur excessive en calcaire de cette dernière. L’eau distribuée sur le territoire de Grand Paris Seine et Oise ne déroge pas à la règle.

Pour limiter les désagréments liés au calcaire, GPSO et ses partenaires déploient une stratégie ambitieuse en matière de distribution et de traitement d’une eau de meilleure qualité avec l’arrivée prochaine de nouveaux équipements de décarbonatation. Raphael Cognet, président de la communauté urbaine, rappelle l’ambition de la communauté en termes de qualité de l’eau : « Notre ambition est de nous inscrire dans une démarche environnementale vertueuse en nous conformant aux nouvelles normes mais aussi d’améliorer la qualité de vie de nos habitants et leur permettre de réaliser des économies ». Plusieurs usines franciliennes gérées par Suez ont déjà subi des opérations de décarbonation. 

Après l’usine de Flins-Aubergenville, gérée par Suez, qui a inauguré son unité de décarbonatation en juin 2018 avec 110 000 habitants concernés, une convention signée avec le syndicat SIRYAE (+3 000 habitants) et la dernière unité mise en route en juin dernier (+28 000 habitants), un nouvel équipement géré par Veolia va bientôt entrer en fonction à Buchelay. Un équipement du même type sera opérationnel à Vernouillet en 2022. Cela portera à cinq le nombre de structures dédiées et à 225 000, le nombre d’habitants desservis.

Un procédé écologique et économique

Qu’il y ait du calcaire dans l’eau n’est pas un problème, l’eau en contient naturellement. La quantité de calcaire dans l’eau dépend notamment de la nature des terrains traversés par cette dernière. Plus une eau contient de calcaire, plus sa concentration en calcium et magnésium est importante. Ces minéraux sont essentiels au bon fonctionnement de notre organisme, mais consommé en trop grande quantité, ces minéraux peuvent devenir néfastes et mauvais pour la santé. La décarbonation de l’eau permet donc d’atténuer ces effets négatifs, sans pour autant dénaturer les vertus des minéraux contenus dans le calcaire. 

Pour adoucir l’eau du robinet, le procédé utilisé par GPSO est celui de la décarbonation catalytique à la soude. L’eau à traiter arrive dans un réacteur dans lequel du microsable et de la soude est injectée. La soude provoque alors une réaction permettant à une partie du calcaire présent dans l’eau de cristalliser autour du sable pour former des billes. Les billes de calcaire sont ensuite extraites pour que le calcaire soit revalorisé.

Les bénéfices de ce procédé sont nombreux : tout d’abord, l’eau est plus douce sans pour autant être moins nutritive. La diminution du calcaire réduit le dessèchement de la peau et des cheveux, il réduit l’usure des équipements électroménagers qui consomment également moins d’énergie. Selon des estimations, le calcaire couterait en moyenne 150 euros par an à une famille de quatre personnes en raison de l’usure accélérée des appareils électroménagers, comme le chauffe-eau, sèche-linge, les bouilloires, cafetières… Avec la décarbonation, ce sont 114 euros d’économies réalisés par les familles estime la GPSO. 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?