AccueilTerritoireGérald Darmanin à Poissy pour lancer la campagne de Karl Olive
Législatives

Gérald Darmanin à Poissy pour lancer la campagne de Karl Olive

Candidat aux législatives dans la 12e circonscription des Yvelines, le maire de Poissy a reçu le ministre de l’Intérieur à l’occasion du meeting de lancement de sa campagne.
Gérald Darmanin à Poissy pour lancer la campagne de Karl Olive
© SIDF

Territoire Publié le ,

« Ce soir c’est convivial, presque familial ! ». De retour au Centre de diffusion artistique de Poissy, près de deux mois après la venue du président-candidat Macron à l’occasion de son premier déplacement de campagne, Karl Olive a réuni ses soutiens pour lancer sa campagne pour les législatives. Sous les couleurs de la majorité présidentielle, le candidat Génération Terrain va tenter de ravir, les 12 et 19 juin prochains, la 12e circonscription des Yvelines, avec sa suppléante, Fabienne Devèze. Conseillère départementale des Yvelines depuis 2021, la maire de Morainvilliers-Bûres depuis 2008 a aussi été directrice de la Chambre régionale d’agriculture de 2014 à 2021.

Pour mieux propulser sa candidature, Karl Olive a fait appel pour son premier meeting à un soutien de poids, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, lui-même candidat dans la 10e circonscription du Nord. « Je suis très heureux d’être ici, je ne peux pas le dire partout ! », a d’emblée précisé l’ancien ministre des Comptes publics, louant les qualités de son ami de longue date, « une belle âme ».

« C’est un homme écouté à Paris et par le président de la République. Quand on l’appelle, on sait que ce qu’il va vous dire est vrai, c’est ce qu’il pense, c’est du bon sens. On le consulte pour savoir exactement ce que pensent les gens », a-t-il poursuivi, indiquant souhaiter avec « beaucoup d’estime et d’affection qu’il soit élu député ».

© AP

Porter des projets issus du terrain

Plutôt que de lire sa “lettre“ de candidature, Karl Olive a préféré diffuser son clip de campagne. « Ce scrutin est essentiel pour donner au président de la République la majorité parlementaire, ce qui permettra de mettre en œuvre le programme proposé aux Français. Un programme de concorde pour défendre un projet de société optimiste et ambitieux qui nous ressemble et nous rassemble. Le programme d’une France forte et moderne au cœur d’une Europe indépendante, d’une France de l’égalité entre les citoyens, qui donne sa chance à chacun », a-t-il indiqué à travers l’écran interposé.

S’il souhaite se présenter, c’est pour « porter des projets structurants », « poursuivre le déploiement des services publics dans les communes rurales, comme dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville », « faciliter l’accès aux soins et lutter contre les déserts médicaux », préserver le pouvoir d’achat des Français, « planifier la transition environnementale en intégrant l’écologie comme objectif transversal et primordial dans les domaines structurants que sont l’économie, l’éducation, la culture, l’industrie et l’agriculture ».

« Nous avons des expérimentations de terrain qui peuvent faire école », a-t-il assuré, citant quelques mesures en place à Poissy, telle la caution à payer pour les mariages en mairie, la taxe annuelle sur les friches commerciales, et la mise en place de deux heures de sports pour les agents dans le cadre de leur temps de travail.

Au-delà de son engagement pour « faire avancer le pays », sa candidature est aussi liée à la relation de proximité qu’il entretient avec Emmanuel Macron – qu’il a rejoint dès ses débuts en 2016 –, venu à plusieurs reprises à Poissy. « Le président a toujours été à l’écoute et sensible à ce qu’on lui disait, nous, élus de terrain en prise directe avec la réalité du quotidien », a-t-il indiqué, précisant avoir fait son choix définitif en voyant le président retourner sur le terrain dès sa réélection.

Un « potentiel danger »

« Il n’y a, en outre, aucune tergiversation à avoir, quand on entend ce qui se passe à l’extrême gauche et à l’extrême droite. On dit souvent que pendant les périodes de crise, les extrêmes se rejoignent… Oui, il y a un potentiel danger dans ce pays », a asséné Karl Olive.

La députée sortante, Florence Granjus, était également présente pour soutenir le candidat. « Il nous faut combattre les extrêmes, notre pays est aujourd’hui plus fracturé que jamais », s’est-elle également inquiétée. Pour elle, le deuxième mandat d’Emmanuel Macron sera « beaucoup plus difficile » que le premier.

« Des gens qui sont énervés, tristes, désespérés, qui n’arrivent pas à boucler fin de mois, discriminés, qui ne se sentent pas à leur place dans la société, qui ont très mal vécu le covid, qui voient que leurs enfants et petits-enfants auront du mal à être propriétaires, à vivre du fruit de leur travail, qui enchainent les CDD, ne sont pas très loin de faire la révolution », a souligné gravement Gérald Darmanin. « Ce mot, dur, correspond à la mentalité sans doute d’une partie de la population qu’il ne faut pas sous-estimer et encore moins mépriser ».

Ce moment « très particulier » peut se transformer en quelque chose de « très négatif », selon le ministre de l’Intérieur. « Nous savons tous que le quinquennat sera très difficile : on croit moins dans les institutions républicaines, on n’a plus la force économique nous permettant de continuer à faire du “quoi qu’il en coûte“, l’inflation est très haute, les taux d’intérêt vont remonter, la guerre est sur le sol européen, on parle de guerre mondiale… On voit bien que ce n’est plus pareil qu’il y a deux ans », a-t-il précisé, estimant qu’une instabilité internationale, économique et institutionnelle pourrait menacer le pays si la majorité présidentielle ne l’emportait pas à l’assemblée. « Soutenir Karl Olive, c’est conforter l’idée de cette nouvelle dynamique présidentielle », a-t-il insisté.

Avec Fabienne Devèze, « ambassadrice d’une ruralité positive et ambitieuse », le candidat promet quoi qu’il en soit de mener une campagne « sur le terrain ». « C’est notre ADN », affirme-t-il. Un local de permanence physique accessible à tous sera créé, comprenant un guichet unique dédié aux particuliers, associations (pour mieux flécher des subventions par exemple), etc. L’équipe de campagne donne rendez-vous aux électeurs de la 12e circonscription le 1er juin prochain, à Orgeval, pour un nouveau meeting.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 juin 2022

Journal du28 juin 2022

Journal du 21 juin 2022

Journal du21 juin 2022

Journal du 14 juin 2022

Journal du14 juin 2022

Journal du 07 juin 2022

Journal du07 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?