AccueilÉconomieFonds industriel d'accélération : les projets soutenus

Fonds industriel d'accélération : les projets soutenus

Marc Guillaume, préfet de Région, et Valérie Pécresse, présidente de la Région, ont annoncé récemment les 19 nouveaux lauréats de ce fonds issu du Plan France Relance.
Fonds industriel d'accélération : les projets soutenus
© DR - Style and Design Group

Économie Publié le ,

Ils sont désormais 32 en Île-de-France. La semaine dernière, 19 nouveaux lauréats ont été désignés dans le cadre du Fonds de soutien à l'investissement industriel dans les territoires, lui-même inclus dans le plan Territoire d'industrie de France Relance. Ces porteurs de projets se situent dans les départements de la petite et de la grande Couronnes. Le Gouvernement considère en effet l'industrie comme un « levier puissant pour lutter contre les fractures territoriales et sociales ». C'est pourquoi il a souhaité allouer 150 millions d'euros à ce fonds en 2020 et 400 millions d'euros d'ici 2022 à l'échelle nationale. Il s'agit de financer les projets industriels (création, extension de sites, modernisation, nouveaux équipements...) les plus structurants pour les territoires et pouvant démarrer l'investissement entre six mois et un an. Maintien ou création d'emplois, décarbonation, formations... Ces projets doivent avoir un impact social et économique fort.

Dans les Yvelines, pas moins de cinq projets d'entreprises locales ont été désignés :

Style and Design Group (Territoire d'industrie Versailles-Saclay)

Cette entreprise se présente comme la première agence de design industriel française pour l'automobile, l'aéronautique, le ferroviaire, le poids lourd, le nautisme et la défense. Depuis 2016, elle développe une offre de séries limitées, par la création, le développement et la fabrication d'accessoires de personnalisation pour les constructeurs automobiles français, anglais, italiens, espagnols, belges, coréens, ou encore japonais… Son objectif ? Investir afin de développer une nouvelle offre de service dans le secteur aéronautique autour de l'expérience passager, via des offres de personnalisation, et l'investissement, à Maurepas, d'une nouvelle unité de production avec machines, salle grise, et atelier de couture. L'entreprise prévoit de créer 60 emplois à travers ce projet.

Semikron (Territoire d'industrie Seine Aval-Mantes)

Cette société allemande d'électronique est spécialisée dans les semi-conducteurs. Leader mondial des montages d'électronique de puissance, elle possède une implantation française, à Sartrouville. Elle souhaite investir, pour l'installation d'une nouvelle ligne d'assemblage d'un bloc de puissance pour bornes de recharges rapides de véhicules électriques. Un projet résolument au cœur des filières stratégiques et de la transition écologique, qui lui permet une diversification technique et de marché, et de gravir un échelon dans la chaîne de valeurs. Semikron prévoit de créer 15 emplois sous trois ans.

Laboratoire national de métrologie d'essais (Territoire d'industrie Versailles-Saclay)

Cet établissement public français (EPIC) est chargé de développer des mesures et des essais. Sa grande mission ? Soutenir l'innovation et garantir la sécurité des citoyens. Le LNE intervient de la phase de mise au point à l'évaluation de conformité de nouveaux produits, notamment pour réaliser des certifications.

Son projet consiste à investir, pour mettre en place, sur son site de Trappes, la première plateforme générique mondiale d'évaluation de l'intelligence artificielle. Baptisé LEIA 2.0, ce dispositif “innovant et viable” reposera sur des bancs d'essais physiques et de simulation. La première étape, objet du financement, portera sur un studio de projection de scènes visuelles, pour caractériser les environnements de fonctionnement des systèmes intelligents. L'EPIC prévoit de créer 10 emplois au total.

Proengin (Territoire d'industrie Versailles-Saclay)

Proengin conçoit, industrialise et commercialise des détecteurs chimiques et biologiques d'alerte pour la défense et pour la sécurité civile (Pompiers, Douanes, Samu…). Cette entreprise propose également des solutions complètes de gestion du risque NRBC (nucléaire, radiologique, biologique et chimique). Elle souhaite investir pour implanter, dans l'usine actuelle à Saint-Cyr-l'Ecole, une nouvelle chaîne de production 4.0. Elle vise à produire la prochaine génération de détecteur et ses accessoires.

Sur cette nouvelle chaîne de production, Proengin veut assurer une traçabilité totale des produits au travers d'un système zéro papier. QNeuf emplois seront créés grâce à ce projet.

Confiture et Confiserie d'Andresy (Territoire d'industrie Seine Aval-Mantes)

Cette entreprise spécialisée dans la transformation et la conservation de fruits souhaite moderniser et digitaliser sa chaîne de production pour gagner en productivité, augmenter le bien-être de ses salariés et réduire son impact sur l'environnement. L'intégration de nouveaux outils de production lui permettra de renforcer sa compétitivité sur le marché national et international. Ils lui permettront aussi de contribuer à la redynamisation du territoire, à travers la préservation et la création d'emploi, et d'assurer la transition de l'entreprise vers l'industrie 4.0. Pas moins de 12 emplois seront créés pour l'occasion.

Une université lauréate

En Essonne, c'est le projet de l'Université d'Evry-Val d'Essonne, qui a été retenu (Territoire d'industrie Evry-Corbeilles-Villaroche). L'université, qui se distingue dans les domaines des sciences et technologies pour l'espace, la robotique, ou les véhicules autonomes, mais aussi l'informatique et des TIC, souhaite investir dans une “plateforme Usine du futur”. Cette dernière sera mise en place à l'échelle 1:1, pour accélérer la transformation des entreprises sur son “territoire d'industrie”.

Contribuer à faire monter en compétences les industriels et leur assurer compétitivité et flexibilité, faciliter le retour à l'emploi de demandeurs d'emploi en reconversion, et transformer l'emploi en vue de se préparer aux métiers de demain, tels sont les objectifs de l'Université d'Evry-Val d'Essonne.

La plateforme bénéficiera, grâce à son lieu d'implantation, des derniers développements technologiques, des outils de démonstration et de formation à la pointe de la modernité. Elle sera un lieu de formation à ces technologies pour des étudiants du supérieur, pour les formateurs, mais également pour des scolaires. Aussi, l'équilibre financier devrait être atteint en quelques années par le biais de la formation continue et de l'apprentissage. Enfin, il faut savoir que le projet rassemblera, dès son lancement, neuf emplois temps plein dont trois en création directes, au-delà des étudiants et industriels qui seront formés. n

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?