AccueilÉconomieJeunes d'avenir marque le retour des salons de l'emploi en Ile-de-France

Jeunes d'avenir marque le retour des salons de l'emploi en Ile-de-France

Durant la pandémie, les forums d'emploi ne pouvant se tenir, le secteur du recrutement avait dû se réinventer. Au plus grand plaisir des jeunes et des recruteurs, les salons de l'emploi reprennent peu à peu. Parmi eux, le salon « jeunes d'avenir » qui s'est déroulé au parc de la Villette, les 14 et 15 septembre.
Jeunes d'avenir marque le retour des salons de l'emploi en Ile-de-France

Économie Publié le ,

Le salon Jeunes d'Avenir s'est tenu les 14 et 15 septembre derniers au Paris Event center Jaulin, situé dans le 19e arrondissement de Paris. Cet événement était l'occasion pour de nombreuses entreprises de venir recruter et pour les jeunes de venir prendre des informations, déposer des CV, afin de trouver un emploi. Lors de la seconde journée du salon, les exposants ont reçu la visite de la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, Elisabeth Moreno. Cette dernière a échangé avec les représentants des entreprises présents, mais également avec de nombreux jeunes à la recherche d'un emploi. Elle était accompagnée du président et fondateur de la start-up “Les Déterminés” qui accompagne et aide les jeunes vivant dans les quartiers prioritaires de la ville (QPV) à trouver ou retrouver un emploi.

Cet événement s'inscrivait dans le cadre du plan France Relance et du dispositif 1jeune1solution mis en place par le Gouvernement pour soutenir l'emploi et l'insertion des jeunes générations suite à la crise sanitaire. Il consiste notamment à octroyer aux entreprises qui recrutent un jeune âgé entre 16 et 25 ans une enveloppe de 4 000 euros et ainsi pousser les entreprises à proposer des contrats aux jeunes. L'ensemble du budget de ce plan est de 6,7 milliards d'euros.

Les salons essentiels au recrutement selon les recruteurs

De nombreux employeurs privés étaient présents, comme McDonald's, le Parc Astérix, le groupe Accor ou encore Norauto, mais également des entreprises du service public, comme de nombreux corps de l'armée, la police nationale, la SNCF ainsi qu'Enedis. Pour Delphine Salou, chargée de recrutement pour Enedis, ces salons sont essentiels dans le recrutement. Elle était heureuse de pouvoir rencontrer directement les jeunes qui postulent pour entrer dans son entreprise : « C'est le premier forum en présentiel depuis le début de la pandémie auquel nous participons, c'est un vrai plaisir de pouvoir dialoguer en face à face, de pouvoir les guider. Cela faisait trop longtemps que nous ne fonctionnions que par téléphone. ». L'entreprise recherche de nombreux alternants dans différents secteurs d'activité : « Nous recrutons principalement des alternants, mais également des CDI. Nous recherchons aussi bien des techniciens, que des chargés d'étude et de projets. Nous avons aussi des postes en gestion, en informatique et en appui-management », explique la chargée de recrutement du groupe.

Du côté des jeunes présents, le fait de voir à nouveau les professionnels et les recruteurs était un réel soulagement. Parmi ceux présents, Chloé, diplômée d'un Master 2 en droit des affaires et actuellement en recherche active d'emploi : « Je recherche un CDD ou un CDI, j'ai eu écho du salon et je me suis inscrite. Même s'il n'y a pas spécifiquement d'offres pour mon domaine ici, j'ai tout de même pu discuter, échanger avec des recruteurs de grandes entreprises, qui ont forcément un service juridique qui pourrait prochainement être amenées à recruter. C'est enrichissant, j'ai pu prendre des contacts. Je pense que la crise sanitaire a rendu la recherche d'emploi plus compliquée. ».

Un salon dédié aux jeunes

Un salon adapté pour les jeunes, qui inclut notamment de nombreux ateliers, entretiens et rencontres avec des professionnels et des structures spécialisées dans l'accompagnement des jeunes. Ceux d'entre eux qui se rendent au salon peuvent bénéficier de conseils personnalisés dans l'espace coaching, avant de suivre le « Parcours de la réussite » en assistant à des ateliers de confiance en soi, de théâtre ou encore de sophrologie pour mieux gérer son stress avant un entretien.

Parmi les structures présentes sur le site, le Point régional d'insertion pour la jeunesse (Prij), qui accompagne les « jeunes invisibles », qui vivent dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et sont, par conséquent, les plus éloignés de l'emploi et de la formation. Des référents de parcours accompagnent ces jeunes au quotidien : sur un plan professionnel, avec la rédaction de CV, de bilans de compétences et l'aide à la préparation des entretiens. Ils accompagnent également les recherches d'emploi, démarches administratives ou recherches de logement. Le Prij assure un suivi pour contrer « tous les freins périphériques qui peuvent empêcher les jeunes de rechercher sérieusement un emploi », d'après Christophe Centonze, chef de projet pour le Prij à la préfecture de la région Île de France. Pour cela, il informe les jeunes qu'il suit avant de tous les dispositifs existant à destination de ces derniers, pour la plupart méconnus ou non mobilisés pour les jeunes à qui ils se destinent. « Le PRIJ a pour mission de bien cibler un dispositif pour un jeune afin que ce même dispositif soit adapté à sa situation », affirme Christophe Centonze qui met un point d'honneur à sensibiliser à toutes ces ressources existantes.

Les ressources ne manquent pas, comme en témoigne le Pass Culture, un dispositif mis en place par le ministère de la Culture, qui permet de la rendre accessible à tous les jeunes de 18 ans, à hauteur de 300 euros pour acheter livres, tickets de visite, cours de dessin, places de cinéma… Hugo de Saint-Martin, chargé de développement du territoire d'Île de France, était présent au salon pour informer les potentiels bénéficiaires de l'existence de ce dispositif : « C'est vraiment important que la culture ne soit pas uniquement élitiste et parisienne, ni qu'elle soit réservée aux grands musées. [...] Le but est d'amener la culture à toutes et à tous », défend le jeune homme.

Amener la culture, oui, mais sous une forme adaptée aux jeunes, avec une application dédiée aux offres que le pass permet.

La reprise, bénéfique pour le recrutement

Si plusieurs dizaines d'entreprises en recrutement exposent sur le salon, c'est aussi parce que le recrutement redémarre. « Avec la rentrée, le recrutement commence à s'accélérer », nous confie Sabrina Ouaktouf, chargée de relations entreprises pour l'association Ensemble pour l'Emploi. Présente sur le salon, elle cherche à connaître et à entrer en contact avec les entreprises qui ont des besoins en emploi, afin d'y diriger les jeunes qu'elle accompagne. D'ailleurs, le salon a un double intérêt puisqu'il permet notamment une prise de contact directe, plus fluide, d'après Sabrina Ouaktouf : « un forum comme celui-là est très utile parce que les entreprises sont à l'écoute, par mail ou par téléphone, c'est beaucoup plus compliqué », reconnaît-elle. Le salon Jeunes d'Avenir permet donc aux jeunes de se former mais aussi de s'informer sur les démarches à suivre pour entrer dans le monde du travail, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils sont accompagnés dans toutes les étapes que cela implique.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?