AccueilLoisirs et CultureDeux nouveaux pensionnaires au ZooSafari de Thoiry

Deux nouveaux pensionnaires au ZooSafari de Thoiry

Le parc animalier vient de saluer d’arrivée de Yindee, un gibbon à bonnet, et de Nyeri, un bongo des montagnes. Ils ont pour mission première de se reproduire, en bénéficiant des conditions idéales que leur propose Thoiry.
Deux nouveaux pensionnaires au ZooSafari de Thoiry
© Zoo de Thoiry

Loisirs et Culture Publié le ,

Ces deux mâles vont pouvoir contribuer à la reproduction et garantir le meilleur brassage génétique de ces espèces en grand danger. Les congénères deYindee vivent dans les forêts tropicales humides du Laos, du Sud de la Thaïlande et du Nord du Cambodge. Ils sont aujourd’hui principalement menacés par la déforestation, qui réduit et fragmente leur habitat. Le gibbon, singes arboricoles qui se déplacent en se balançant de branches en branches, est également chassé pour sa chair. Ces deux facteurs ont réduit les effectifs de plus de 50 %, ces 45 dernières années. L’espèce est ainsi classée “en danger” sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), et bénéficie d’un programme de reproduction au sein des parcs zoologiques européens (EEP).

Le jeune gibbon, âgé de 5 ans, est né dans la Vallée des Singes. Il est arrivé à Thoiry fin juin. Il devrait prochainement être rejoint par une femelle pour constituer un couple reproducteur. Les zoos d’Europe comptent actuellement 54 gibbons à bonnet, mais il n’y a eu que deux naissances ces 12 derniers mois. Former de nouveaux couples est donc essentiel pour la préservation de l’espèce. La France accueille 13 d’entre eux, répartis dans cinq parcs.

© Zoo de Thoiry

Bongo, représentant d’une espèce en grand danger

L’autre nouveau pensionnaire du zoo est donc Nyeri, un mâle de la sous-espèce du Bongo de montagnes d’Afrique centrale, “en danger critique d’extinction”. Elle aussi bénéficie d’un EEP. Comme cette grande antilope vit dans les forêts tropicales assez denses, son suivi scientifique est difficile. Il ne resterait ainsi qu’une centaine d’individus sauvages, divisée en quatre ou cinq populations isolées, dans les montagnes du Kenya. L’espèce est menacée par la déforestation de son habitat et par la chasse pour sa viande. Nyeri est un mâle de 7 ans né au GaiaZoo (Pays-Bas) qui devrait se reproduire avec l’une des trois femelles déjà présentes à Thoiry.

Enfin,les hapalémurs du parc vont pouvoir profiter d’un nouvel enclos. Cette espèce fait partie de singes les plus menacées au monde. “En danger critique d’extinction”, elle est nommée dans la liste des 25 espèces de primates les plus menacées. Thoiry possède quatre de ces hapalémurs, originaires du lac Alaotra, au nord-est de Madagascar. Ils viennent d’investir une nouvelle volière, spécialement construite à leur intention, proche de la maison des makis cattas. Ils bénéficient ainsi d’un accès à un grand espace extérieur, avec une végétation naturelle, où ils pourront évoluer sous les yeux des visiteurs…

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 09 août 2022

Journal du09 août 2022

Journal du 02 août 2022

Journal du02 août 2022

Journal du 26 juillet 2022

Journal du26 juillet 2022

Journal du 19 juillet 2022

Journal du19 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?