AccueilSociétéDans le ressort de la cour d’appel de Versailles, les prisons occupées à 136 %

Dans le ressort de la cour d’appel de Versailles, les prisons occupées à 136 %

Marc Cimamonti, procureur général, est revenu sur le problème de la surpopulation carcérale lors de la rentrée solennelle de la cour d'appel de Versailles, deuxième du pays.
Marc Cimamonti, micro à la main, lors de la Nuit du droit, à la cour administrative d'appel de Versailles.
© DR - Marc Cimamonti, micro à la main, lors de la Nuit du droit, à la cour administrative d'appel de Versailles.

Société Publié le ,

« Les solutions contre la surpopulation carcérale n'apparaissent pas satisfaisantes à court terme », a souligné le procureur général. Ces solutions - dévoilée par le garde des Sceaux à la suite des Etats généraux de la justice -, « en ce qu'elles concernent la construction de places de prison supplémentaire, n'offrent pas de perspectives concrètes d'amélioration à court terme de ces situations inadmissibles », a déclaré le haut magistrat. Le nombre de détenus en France a atteint un niveau record, à 72 836 personnes incarcérées au 1er décembre pour 60 698 places opérationnelles.

Un taux d’occupation de 136 % dans le ressort de la cour d’appel de Versailles

Dans le ressort de la cour d'appel de Versailles, où le taux d'occupation moyen s'élève à 136 %, « on ne déplore pas de matelas au sol », mais des cellules triplées « indignes », rappelle M. Cimamonti. La contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) a même émis une recommandation rare en préconisant, à la mi-décembre, la suspension des incarcérations au centre pénitentiaire de Bois-d'Arcy, occupé à 158 % avec 48 cellules triplées.

Faudrait-il introduire « un mécanisme de régulation » carcérale, avec un seuil d'alerte de « suroccupation majeure » pour chaque établissement, dont le dépassement pourrait, in fine, conduire à des mesures de désengorgement ? Cette solution, prônée dans le rapport de synthèse des Etats généraux et soutenu par la contrôleure, n'a pas été retenue dans le plan pour la justice du gouvernement.

« Un seuil d'alerte... mais pour alerter qui et pour quoi faire ? », a répondu à la presse le premier président de la cour d'appel de Versailles, Jean-François Beynel. « Je constate que le juge peut être, en même temps, rendu responsable de l'insécurité et du laxisme et aussi responsable de la surpopulation carcérale », a-t-il déploré.

M. Beynel a souligné les conséquences des priorités politiques sur l'occupation des prisons, comme la lutte contre les violences intrafamiliales. « Quand on fait de ce contentieux une priorité, cela a des conséquences sur les prisons si le politique ne dit pas qu'il lève le pied sur un autre contentieux », a-t-il constaté. « Que faut-il faire ? Qu'on ne mette plus en détention ? Comment on gère une priorité politique ? », s'est-il interrogé. « Il faut que tout le monde prenne ses responsabilités », a abondé M. Cimamonti, appelant à une réponse « politique au sens noble du terme ». « Pourquoi ne pas recourir à des textes généraux législatifs de réductions de peines, dont l'impact sur les courtes détentions restant à subir serait immédiat et significatif sans intervention du juge ? », a-t-il suggéré.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 31 janvier 2023

Journal du31 janvier 2023

Journal du 24 janvier 2023

Journal du24 janvier 2023

Journal du 17 janvier 2023

Journal du17 janvier 2023

Journal du 10 janvier 2023

Journal du10 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?