AccueilTerritoireCrues de la Seine : un accord signé pour l’indemnisation des agriculteurs dont les terres seront inondées
ÎLE-DE-FRANCE

Crues de la Seine : un accord signé pour l’indemnisation des agriculteurs dont les terres seront inondées

Patrick Ollier, président de l’EPTB Seine Grands Lacs, Christophe Hillairet, président de la Chambre régionale d’agriculture, et Laurence Fournier, secrétaire générale de FDSEA 77, ont signé un protocole d’accord dans le cadre du site de la Bassée.
Crues de la Seine : un accord signé pour l’indemnisation des agriculteurs dont les terres seront inondées
© DR

Territoire Publié le ,

« Aboutissement d'un processus de co-construction d'une stratégie d'indemnisation avec la Chambre d'agriculture de la Région Île-de-France et la FDSEA 77, ce protocole d’accord vient renforcer la solidarité entre les territoires de l'amont et de l'aval, du rural et de l'urbain », souligne Patrick Ollier.

Pour rappel, le projet d’aménagement de la Bassée s’inscrit dans le Programme d’actions de prévention des inondations (PAPI). Son objectif ? Limiter les inondations en Île-de-France en écrêtant les crues de la Seine sur neuf espaces endigués. Pour cela, la création de 7,9 km de digues entourant un espace de 360 ha est prévue. Quatre communes de Seine-et-Marne dans la petite région agricole de la Bassée sont concernées : Châtenay-sur-Seine, Gravon, Balloy et Egligny. Les eaux de la Seine seront pompées au moment optimal afin d’écrêter le sommet de la crue et seront stockées durant quelques jours. L’idée est de parvenir à limiter les inondations en Île-de-France et particulièrement à Paris.

Ce protocole d’accord permet ainsi de fixer les principes d’indemnisation des agriculteurs concernés par la réalisation et la mise en fonctionnement du site. Pour garantir le versement des indemnités pour perte de récoltes et pour remise en état après vidange et ressuyage du site, Seine Grands Lacs prévoit de constituer un fonds d’indemnisation. Ce dernier sera dimensionné pour faire face aux engagements de cet accord et des protocoles individuels signés avec les exploitants.

« Les agriculteurs octroient une servitude à la société en acceptant que les cultures puissent être inondées afin de préserver les zones urbanisées. La collaboration avec Seine Grands Lacs va permettre de financer les pertes de récoltes et les frais de remise en culture lorsque le casier pilote sera utilisé et donc rempli », explique Christophe Hillairet.

« Ce projet de casier est un outil que nous appelions de nos vœux depuis fort longtemps et qui permettra de protéger nos concitoyens des risques de montée de la Seine et de préserver les terres agricoles productives d'inondations destructives. C’est une avancée majeure pour les agriculteurs concernés par ce projet de casier », ajoute Laurence Fournier.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 04 octobre 2022

Journal du04 octobre 2022

Journal du27 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 13 septembre 2022

Journal du13 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?