AccueilTerritoireCrise économique et sanitaire : le Département vote de nouvelles dépenses

Crise économique et sanitaire : le Département vote de nouvelles dépenses

Lors de sa dernière assemblée, le Département de l'Essonne a voté le budget supplémentaire dédié aux dépenses nécessaires pour faire face à la crise.
Crise économique et sanitaire : le Département vote de nouvelles dépenses
©SIDF

Territoire Publié le ,

La crise économique continuant de peser « sensiblement » sur les finances de la collectivité, de nouvelles dépenses sont nécessaires.

Les élus ont notamment décidé d'affecter, au total, 10 millions d'euros de crédits supplémentaires au revenu de solidarité active (RSA), le nombre de bénéficiaire restant élevé actuellement. L'assemblée a aussi voté pour une enveloppe supplémentaire de 2,8 millions d'euros en faveur de l'aide sociale à l'enfance, le nombre de jeunes confiés ayant augmenté de 13 % en 15 mois.

Des dépenses supplémentaires à hauteur de 2,54 millions d'euros sont également fléchées vers l'entretien des collèges et la restauration scolaire, avec l'objectif de renforcer les moyens humains des collèges au plus fort de la crise (intérim, association intermédiaire, recrutements d'adjoints techniques territoriaux…).

Enfin, le Département a mis en place des dispositifs spécifiques à destination des jeunes durement frappés par la crise. Il s'agit du dispositif été jeunes (financement d'animations dans les collèges et les quartiers cet été) et du plan emploi jeunes (renforcement des recrutements des jeunes au sein de la collectivité en alternance, stage rémunéré, CDD). Le dispositif été jeunes représente 151 000 euros supplémentaires, qui s'ajoutent aux 350 000 euros de l'appel à projet.

Le financement

Selon la collectivité, les perspectives de recettes favorables permettront de couvrir ces dépenses supplémentaires. Les crédits de DMTO (droits de mutation à titre onéreux) sont augmentés de 15 millions d'euros dans ce budget supplémentaire, passant de 225 millions d'euros à 240 millions d'euros, tandis que les crédits de CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) sont augmentés de 19,28 millions d'euros compte tenu des prévisions, passant à près de 93 millions d'euros. Le Département le précise toutefois, l'effet budgétaire de la crise sur les recettes départementales issues de la CVAE est plutôt à attendre en 2022.

La collectivité indique maintenir grâce à cela une ambition forte en matière d'investissements au service de la relance du territoire et de la construction d'infrastructures publiques.

Enfin, ce budget permet d'améliorer les grands équilibres et de maintenir un financement soutenable du plan pluriannuel d'investissement, avec une épargne brute prévisionnelle qui passe à 107,64 millions d'euros et un emprunt de clôture qui baisse de 250,3 millions d'euros au budget primitif à 225,8 millions d'euros au budget supplémentaire.

> Mobilités durables : demande de subventions à la Région

Outil du Plan d'action régional en faveur de la mobilité durable, un dispositif de la Région Île-de-France vise à subventionner des travaux d'aménagements et d'équipements portant sur l'infrastructure routière ou visant à renforcer la sécurité des usagers à hauteur de 50 % ou 30 % selon les projets. Le Département de l'Essonne, qui porte plusieurs projets routiers, a adopté les demandes de subventions faites à la Région dans ce cadre. Elle pourrait apporter 1,94 millions d'euros HT pour financer le coût de ces projets, qui atteint au total 4 millions d'euros.

Voici les projets subventionnés à 50 % :

• Suppression ou isolement des obstacles latéraux sur les routes départementales (programmes 2021 et 2022). Ces derniers constituent un très fort enjeu tant à l'échelle nationale (1/3 des tués environ) qu'au niveau du réseau routier départemental. Le montant total des travaux atteint 2 230 000 millions d'euros sur 2 ans.

• Aménagements ponctuels des carrefours à visibilité insuffisante (programmes 2021 et 2022) dans les communes suivantes :

- Nozay/Marcoussis, aménagement d'un giratoire à trois branches sur la RD 35 (coût estimatif du projet : 575 000 euros HT),

- Saclas, carrefour RD145-RD49 (coût estimatif du projet : 60 000 euros HT),

- Itteville, aménagement d'un carrefour giratoire RD 31-Chemin d'Aubin-Chemin des Marais (coût estimatif du projet : 400 000 euros HT) ;

- Forges-les-Bains / Limours, carrefour RD 838-RD97 (coût estimatif : 259 000 euros HT).

• Restauration d'adhérence des chaussées sur les RD (programme 2021- Montant des travaux : 350 000 euros HT).

Le projet de Cerny, sur la RD 191 est quant à lui subventionné à 30 %. L'objectif est de sécuriser la traversée au niveau des équipements scolaires et sportifs implantés le long de cette route où la vitesse maximum autorisée est de 70km/h. L'aménagement consiste à implanter des feux tricolores fonctionnant sur appel piétons pour protéger la traversée et à mettre en place un revêtement haute adhérence pour améliorer la distance de freinage ( pour un montant de 135 000 euros HT).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?