AccueilSociétéCorbeil-Essonnes : les urgences à mi-régime après la cyberattaque contre l’hôpital

Corbeil-Essonnes : les urgences à mi-régime après la cyberattaque contre l’hôpital

Près de deux semaines après la cyberattaque déstabilisant toujours son réseau informatique, le Centre hospitalier Sud Francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes ne peut plus prendre en charge que la moitié des urgences, a indiqué sa direction.
Corbeil-Essonnes : les urgences à mi-régime après la cyberattaque contre l’hôpital
© Adobe Stock

Société Publié le , Avec AFP

Depuis l'attaque informatique de l'hôpital avec demande de rançon du 21 août, le Samu de l'Essonne oriente toujours les patients en urgence « nécessitant une prise en charge complexe » vers d'autres établissements franciliens, ce qui entraîne la diminution de moitiéde l'activité des urgences adultes au CHSF, a indiqué la direction générale dans un point de situation daté du 31 août. Environ 90 patients sont accueillis par cet hôpital du sud-est de Paris par jour contre 230 en activité normale.

La direction a également précisé que près de 500 patients stables étaient hospitalisés dans l'établissement et que seuls avaient été transférés « par précaution » 13 nourrissons en soins intensifs et en réanimation de néonatalogie la semaine dernière.

L'hôpital peut de nouveau faire fonctionner ses blocs opératoires. Les services de gynécologie-obstétrique ainsi que les consultations et soins en hôpital de jour fonctionnent également.

Des désistements de patients programmés

Cependant, la direction constate « des désistements de patients programmés (en consultation ou au bloc)», ce qui, avertit-elle, « pénalise le suivi ». Les dossiers patients extraits des archives sont désormais en version papier et non numérique et « les prescriptions médicales sont manuscrites ». De même, « les moyens de communication sont limités », déplore la direction.

Vendredi dernier, le ministre de la Santé, François Braun, s'était déplacé dans l'hôpital de Corbeil-Essonnes et avait assuré que « la santé des Français ne serait pas prise en otage », annonçant le déblocage de 20 millions d'euros supplémentaires pour la protection des établissements de santé.

Pour lutter contre le phénomène en expansion, l'Etat avait annoncé consacrer à la cybersécurité des établissements de santé une enveloppe de 25 millions d'euros pour 2021 et 2022.

Pour rappel, le CHSF a été victime d'une attaque informatique dans la nuit de samedi au dimanche 21 août, vers 1h du matin. Une demande de rançon de 10 millions de dollars a été exigée par le ou les hackers. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour intrusion dans le système informatique et tentative d'extorsion en bande organisée, supervisée par sa section cybercriminalité. Les investigations ont été confiées aux gendarmes du Centre de lutte contre les criminalités numériques.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner

Journal du27 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 13 septembre 2022

Journal du13 septembre 2022

Journal du 06 septembre 2022

Journal du06 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?