AccueilSociété« En 2020, un quart des rixes recensées en France a eu lieu en Essonne »

« En 2020, un quart des rixes recensées en France a eu lieu en Essonne »

Dans une tribune publiée lundi dans le journal Le Monde, 176 élus du territoire demandent à l'Etat d'assumer ses "responsabilités régaliennes" pour faire face aux rixes entre jeunes, particulièrement nombreuses en Essonne.
« En 2020, un quart des rixes recensées en France a eu lieu en Essonne »

Société Publié le , Par l'AFP

« La violence juvénile est devenue un phénomène global. Elle touche sans distinction villes, campagnes, quartiers populaires, zones rurales, espaces publics ou établissements scolaires », indiquent ces élus essonniens de tous bords.

L’Essonne est particulièrement touchée, depuis de nombreuses années, par les phénomènes d'affrontements parfois très violents entre jeunes de quartiers rivaux. « En 2020, un quart des rixes recensées en France a eu lieu dans ce département », avec 91 affrontements recensés dans ce territoire de quelque 1 300 000 habitants, rappellent-ils. En 2021, trois jeunes, dont deux adolescents, ont été tués lors de ces rixes dans le département.

Mais ce département « reste (si) nettement sous-doté en effectifs des services publics de l'Etat », dénoncent-ils dans le texte porté par le président LR du Département, François Durovray. L'Essonne subit un déficit « d'enseignants, de surveillants, de médecins scolaires ou de pédopsychiatres », mais également de « policiers, de gendarmes » ainsi que de « magistrats ».

« Par rapport à sa population, l'Essonne devrait compter 200 policiers supplémentaires », fustige le texte publié dans Le Monde. « Comme nous avons 42 % de juges de moins par habitant que la moyenne nationale, les délinquants sont trop souvent remis en liberté sans aucune réponse pénale », est-il également écrit dans la tribune.

Cette lettre ouverte se conclut par un appel au président de la République, Emmanuel Macron, à se rendre dans le département, pour « s'engager officiellement à rehausser les effectifs des services publics de l'Etat pour les forces de l'ordre, la justice et l'éducation ».

Le mois dernier, un adolescent de 15 ans a été blessé gravement au thorax par un coup de couteau devant un lycée de Longjumeau. Son pronostic vital a été un temps engagé avant que son état s'améliore. Dans une autre affaire à Evry, un jeune de 14 ans a également été gravement blessé la semaine dernière par un coup de couteau porté à la cuisse, qui a touché l'artère fémorale. L'auteur présumé a été mis en examen pour tentative de meurtre et placé en détention provisoire.

La tribune est à retrouver ici

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner

Journal du27 septembre 2022

Journal du 21 septembre 2022

Journal du21 septembre 2022

Journal du 13 septembre 2022

Journal du13 septembre 2022

Journal du 06 septembre 2022

Journal du06 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?