AccueilÉconomieConfinement : le petit commerce en lutte pour sa survie

Confinement : le petit commerce en lutte pour sa survie

Les commerces considérés comme “non essentiels” par le Gouvernement se rebellent. Partout en France et dans les Yvelines, ils crient à l'injustice qui tue leur activité. Le Département a déjà voté une aide le 16 octobre. Mais, selon le Conseil départemental, « ce que veulent les artisans, commerçants et petits entrepreneurs, c'est travailler ».
Confinement : le petit commerce en lutte pour sa survie
© DR

Économie Publié le ,

L'instauration du deuxième confinement déclenche une bronca dans toute la France : les commerces déclarés comme “non essentiels”. Librairies, salons de coiffure, instituts de beauté, magasins de jouets et de vêtements, artisans et petites entreprises doivent une fois encore baisser le rideau. C'est la mort assurée pour un grand nombre d'entre eux. Pour les aider, Pierre Bédier, président des Yvelines et les élus du conseil départemental ont voté le 16 octobre un plan d'aide aux commerces locaux de 2,8 millions d'euros.

Dans un communiqué, l'Union des entreprises de proximité des Yvelines explique très bien le sentiment général :
« Comment peut-on accepter la fermeture de certains de nos confrères (coiffure, esthétiques, librairie, habillement, jouet), alors que les hypers et les supermarchés continuent de vendre ces mêmes produits ? C'est tout simplement de la concurrence déloyale ! Peut-on estimer que le virus se déplace et migre mieux chez un artisan que dans une grande surface à geste barrière égale ? ».

Même indignation pour Philippe Benassaya, député de la 11e circonscription des Yvelines, et ancien maire de Bois d'Arcy, qui a partagé sur Facebook sa colère : « Ce second confinement tourne à l'absurdité et à l'incohérence, total et partiel en même temps, ce nouveau confinement crée des différences injustes entre petits commerces et grande distribution. Ces confinements, peut-être pas terminés, ne sont destinés qu'à consacrer l'échec d'un gouvernement incapable d'augmenter la capacité d'accueil en réanimation et de réformer en temps de crise un système de santé totalement débordé. Voilà un gouvernement En Marche qui met le pays à l'arrêt. Défendons nos commerces ! ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?