AccueilÉconomieCinq communes expérimentent le tri des déchets alimentaires
Yvelines

Cinq communes expérimentent le tri des déchets alimentaires

L’expérimentation de collecte et tri des déchets alimentaires a été lancée dans 5 quartiers test de la communauté d'agglomération Saint Germain Boucles de Seine. Elle concerne 18 000 habitants.
Cinq communes expérimentent le tri des déchets alimentaires
© DR

Économie Publié le ,

Dans le cadre de la loi Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire (AGEC) tous les ménages doivent disposer d’une solution de tri à la source de leurs déchets alimentaires, à partir du 1er janvier 2024, en vue de leur valorisation organique ou énergétique. C’est à partir de cette loi et dans un esprit d’anticipation que la communauté d'agglomération Saint Germain Boucles de Seine (CASGBS) s’est appuyée pour lancer son expérimentation dans 5 villes volontaires : Houilles, Saint-Germain-en-Laye, Le Pecq, Le Port-Marly et Croissy-sur-Seine.

La CASGBS vient de lancer une expérimentation de tri et de collecte séparée des déchets alimentaires dans des quartiers sélectionnés pour leur représentativité au cœur de son territoire. « Notre objectif est d’éprouver des solutions innovantes et écologiques pour la collecte des déchets alimentaires. Celles-ci permettront de préfigurer les solutions à mettre en œuvre ensuite à l’échelle du territoire », explique Pierre Fond, Président de la CASGBS.

Des kits de tris distribués

Les habitants des quartiers concernés pourront s’inscrire gratuitement sur la plateforme Upcycle. Ils recevront lors des sessions de sensibilisation en porte-à-porte un guide ainsi qu’un kit de tri des déchets alimentaires composé d’un bio-seau de 10 litres ajouré et de sacs krafts. « Le bio-seau dans lequel on place le sac kraft, se pose aisément sur le plan de travail ou se glisse sous l’évier. Ensuite, au moment de préparer et/ou de débarrasser le repas, chaque personne du foyer peut y jeter tous les restes de préparation, déchets d’assiettes, y compris restes avec viande ou poissons, agrumes, coquilles d’œufs etc », explique la CASGBS dans un communiqué. Seuls les soupes et les plats très liquides ne sont pas recommandés sous peine de percer le sac.

40 bornes installées

Une fois le sac plein, les habitants des quartiers concernés n’auront qu’à le déposer dans l’une des 40 bornes progressivement déployées. Après inscription, chaque foyer a reçu un code d’identification qui lui permet d’ouvrir le couvercle de la borne. Elles sont conçues et fabriquées en France par Upcycle, entreprise française spécialisée dans la création de solutions professionnelles de recyclage des déchets alimentaires.

Transformation en compost

Une fois collectés, les déchets alimentaires seront acheminés vers un centre de traitement spécialisé situé à proximité et seront traités via un procédé de méthanisation, qui produira du gaz concourant à la production locale d’énergie renouvelable, ou via un procédé de compostage électromécanique innovant. Cette technologie transforme les déchets alimentaires en compost en 15 jours.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 janvier 2023

Journal du24 janvier 2023

Journal du 17 janvier 2023

Journal du17 janvier 2023

Journal du 10 janvier 2023

Journal du10 janvier 2023

Journal du 03 janvier 2023

Journal du03 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?