AccueilTerritoireCalcul haute performance : le CEA et Atos lancent “Topaze”

Calcul haute performance : le CEA et Atos lancent “Topaze”

Ce supercalculateur co-conçu par les deux partenaires devra permettre de relever les défis du calcul haute performance et du traitement des données.
Calcul haute performance : le CEA et Atos lancent “Topaze”
© Adobe Stock

Territoire Publié le ,

Le CEA (Commissariat à l'énergie atomique) et ses partenaires du Centre de calcul recherche et technologie (CCRT) ont investi dans un nouveau supercalculateur. Baptisé “Topaze” et basé sur la solution BullSequana XH2000 d'Atos, l'outil est installé dans le Très grand centre de calcul du CEA (TGCC) à Bruyères-le-Châtel, en Essonne. Il a été ouvert aux premiers utilisateurs, fin juin, pour démarrer la phase de “grands challenges”, correspondant à des simulations de très grande ampleur.

Acquis suite à un appel d'offres, “Topaze” fait partie de la gamme de supercalculateurs HPC (high performance computing) d'Atos, issus de la R&D menée conjointement par Atos et la Direction des applications militaires (DAM) du CEA. Il dispose d'une puissance de calcul crête de l'ordre de 8,8 petaflops (1 million de milliards d'opérations par seconde).

En tant que partenaires du CCRT, les équipes d'ArianeGroup, du CEA, d'EDF, de France Génomique, de L'Oréal, de Michelin, de l'Onera, du groupe Safran, de Thales Defence Mission Systems et de Valéo, notamment, accéderont ainsi à des ressources de calcul et de traitement de données de toute dernière génération, nécessaires à la réussite de leurs projets.

« La simulation numérique haute performance est un atout indispensable pour l'innovation, et ce dans de nombreux domaines tels que les études sur le développement des nouveaux moteurs d'avions et d'hélicoptères, les technologies de la transition énergétique et écologique, la conception et la sûreté des réacteurs nucléaires, l'analyse des risques environnementaux, la conception de nouveaux satellites “flexibles”, l'étude des protéines et le décryptage du génome, la conception et la fabrication de pneumatiques et de systèmes intégrés pour automobiles, la recherche de nouveaux matériaux, ou encore le développement de produits cosmétiques plus respectueux de l'environnement », explique-t-on du côté du CEA.

Selon le centre de recherche, le modèle de partenariat du CCRT, mis en place depuis 2003, a « démontré sa capacité à répondre de façon durable et adaptée aux besoins croissants des industriels ». Il propose en effet une offre riche en compétences dans le domaine des calculs et traitements de haute performance, qui « allie sécurité, innovation, souplesse dans l'utilisation des moyens ». Il faut également savoir que ce modèle s'appuie sur une dynamique d'échanges entre les partenaires, afin de partager besoins et retours d'expérience. n

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?