AccueilTerritoireYaël Braun-Pivet : " C'est la rentrée "

Tribune Yaël Braun-Pivet : " C'est la rentrée "

Il y a quelques jours, c'était la rentrée…
Yaël Braun-Pivet : " C'est la rentrée "

Territoire Publié le ,

« Je n'aime pas du tout la rentrée des classes, on a une boule au ventre, on a envie de pleurer un peu et puis on ne s'amuse plus comme pendant les vacances. […] En rentrant de l'école le soir avec mon Papa, nous avons rencontré Marie-Hedwige qui allait faire des courses, je lui ai fait un petit signe car j'étais content de rentrer en classe et de la revoir avec tous mes copains. Cette semaine, comme le petit Nicolas avant eux, 12,8 millions d'élèves ont fait leur rentrée. J'espère qu'eux aussi auront vu leur appréhension et leurs grimaces initiales se transformer en satisfaction et en sourires. Je leur souhaite une excellente rentrée. Les écoles et les écoliers sont le vivier de notre avenir.

La rentrée est un rendez-vous que je ne peux pas manquer. C'est pourquoi, à vélo, j'ai fait une tournée de ma circonscription et me suis rendue dans chacune de ses villes : l'école élémentaire Pallu, au Vésinet ; l'école maternelle Marie Laurencin, à Montesson ; l'école élémentaire Jules Ferry, à Sartrouville, où j'ai déjeuné à la cantine, en compagnie des élèves ; l'école maternelle Cocteau, à Maisons-Laffitte, et le groupe scolaire Jean Jaurès, au Mesnil-le-Roi. Dans la plupart de ces établissements, de nouvelles classes ont été ouvertes. Partout, j'ai constaté le plaisir des enfants à retrouver leurs copains. J'ai pu prendre la mesure de la mobilisation des enseignants et des personnels de l'Éducation nationale, qui sont toujours déterminés à assumer pleinement leur mission essentielle auprès de nos enfants malgré les contraintes liées à la situation sanitaire. En tant que députée, je me sens particulièrement investie par deux missions : transmettre à nos enfants les valeurs de la citoyenneté et de notre République et les éveiller au fonctionnement de nos institutions. Ce sont les raisons pour lesquelles je me suis engagée à intervenir dans chaque école de ma circonscription : j'ai d'ores et déjà effectué plus de 50 visites d'établissement et rencontré plus de 2 200 élèves depuis le début de mon mandat.

Enfin, en cette rentrée j'ai forcément une pensée toute particulière pour la famille, les amis et les collègues de Samuel Paty, un enseignant exemplaire, assassiné parce qu'il défendait ardemment l'idée et l'exercice de la liberté.

Du concret en matière d'éducation

Cette rentrée me donne l'occasion d'insister sur la politique que nous menons depuis 4 ans en matière d'éducation. Celle-ci se fonde sur l'idée que plutôt que de blâmer les écoliers, nous devons améliorer les écoles.

C'est pourquoi nous investissons dans la jeunesse : 76 milliards d'euros sont consacrés à la mission enseignement scolaire en 2021, ce qui est le premier budget de l'État après sa contribution aux collectivités territoriales. Preuve que l'école est l'un des piliers de notre action : le budget annuel de l'Éducation nationale a progressé de +10 % entre 2017 et 2021, soit 4,8 milliards d'euros supplémentaires.

L'ambition de l'école est de faire réussir chaque élève. Pour ce faire, nous devons inculquer en priorité la maîtrise des savoirs fondamentaux : lire, écrire, compter et respecter autrui. C'est pourquoi, nous avons mis en place l'instruction obligatoire dès l'âge de 3 ans, en raison de l'importance des premiers apprentissages. En complément, le programme de l'école maternelle a été renforcé. Pour faciliter la tâche du corps enseignants et pour mieux individualiser l'enseignement prodigué, la promesse du président de la République a été tenue, en réalisant le dédoublement des classes, qui concerne 330 000 élèves et 100 % des classes de CP et CE1 en éducation prioritaire (REP et REP+). Dans les grandes sections, déjà 50% des classes sont dédoublées. Hors éducation prioritaire, nous installons le plafonnement de toutes les classes à 24 élèves en grande section, CP et CE1 d'ici la rentrée 2022. Nous donnons la priorité à la lecture, par ailleurs Grande cause nationale, à travers de nombreux dispositifs : l'opération “Un livre pour les vacances”, avec Les Fables de la Fontaine, distribuées à tous les élèves de CM2, le développement du quart d'heure lecture ou le plan Bibliothèque pour donner à tous le goût de lire.

Par l'école, nous souhaitons promouvoir la mobilité sociale et lutter contre les inégalités. Le dispositif “devoirs faits” au collège bénéficie à un collégien sur trois. D'ici la fin du quinquennat, nous aurons installé un internat d'excellence dans chaque département. Nous avons en outre augmenté le nombre d'élèves soutenus par les cordées de la réussite : 188 000 élèves en bénéficient, afin de favoriser leur accès aux formations supérieures. Si des inégalités se perpétuent au sein de l'école, elles s'accroissent aussi pendant les vacances. Pour pallier cette injustice, nous avons lancé le dispositif “Vacances apprenantes” afin de soutenir les élèves volontaires du CP au lycée, en particulier ceux dont la scolarité a été mise à mal par le confinement. Cela a permis à un million d'enfants de profiter d'activités culturelles, sportives ou de nature. 500 000 jeunes ont pu bénéficier des écoles ouvertes, c'est-à-dire des établissements alliant école et activités de loisir.

Face à la Covid, face aux inégalités, face aux défis de notre siècle qui pèsent sur l'école, nous faisons face pour ne rien sacrifier de l'éducation de nos enfants. Ils sont notre avenir, nous leur devons notre engagement présent. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?