AccueilÉconomieAlain Griset et Jean-Baptiste Lemoyne au chevet des professionnels du tourisme d'affaires

Alain Griset et Jean-Baptiste Lemoyne au chevet des professionnels du tourisme d'affaires

Fortement impactés par la crise sanitaire, les professionnels du tourisme d'affaires ont récemment reçu la visite du ministre délégué chargé des PME et du secrétaire d'État en charge du Tourisme
Alain Griset et Jean-Baptiste Lemoyne au chevet des professionnels du tourisme d'affaires

Économie Publié le ,

Retour des échanges en présentiel

Après avoir visité le salon Première Vision organisé au parc des expositions, les deux hommes ont longuement échangé avec les professionnels du secteur lors d'une table ronde. Le salon Première Vision marque le retour des salons d'affaires en présentiel après de nombreux mois d'arrêt, avec des salons virtuels. Les professionnels sont heureux de ce retour de l'activité en présentiel. Selon Olivier Ginon, PDG du groupe d'événementiel GL Events, « Rien ne pourra remplacer le contact physique et le présentiel ». La question de la digitalisation des événements et plus largement de l'ensemble du secteur du tourisme d'affaires a été au cœur des discussions. Jean-Baptiste Lemoyne a évoqué ce sujet, soulignant une accélération de la numérisation : « Le numérique a fait une irruption importante durant cette crise et les entreprises se sont toutes adaptées. La question est désormais de réussir à le valoriser et à le monétiser. Rien ne remplace le contact physique, l'échange avec le fournisseur. C'est pour cela que l'on ne peut pas se passer de ces salons en présentiel. », a expliqué le secrétaire d'État.

A la suite de ces échanges et à l'aide des différentes propositions émises par les professionnels présents à la table ronde, le Gouvernement présentera son plan de reconquête du tourisme d'ici le début du mois de novembre. Alain Griset estime que ce dernier a permis d'éviter une importante crise, que l'économie est désormais repartie, mais qu'il convient de rester vigilant sur certains secteurs : « Nous sommes convaincus, avec le président de la République, que le tourisme d'affaires a une place extrêmement importante dans le tourisme en général. Je voudrais réaffirmer que le Gouvernement a essayé de tout mettre en œuvre pour que l'économie ne s'effondre pas. La reprise est tout de suite très forte, nous avons qu'il y a encore des fragilités et des entreprises en difficulté. On essaie désormais de boucher les « trous dans la raquette », mais globalement, en comparaison avec d'autres pays, la France est l'un des pays ou la relance est la plus rapide. » a affirmé Alain Griset. « Aujourd'hui, 99 % de l'économie fonctionne, quelques secteurs dont le tourisme et l'événementiel sont encore en difficulté. C'est pourquoi, nous devons réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour accompagner ce secteur et faire en sorte que la France soit encore un leader mondial dans les années à venir.», a-t-il poursuivi.

Cette rencontre avait lieu dans le cadre du plan de reconquête du tourisme d'affaires souhaité par le président de la république Emmanuel Macron. Ce plan s'articule sur cinq grands axes :

- l'amélioration de la formation et de l'attractivité des métiers du tourisme ;

- la valorisation de notre patrimoine naturel et culturel ;

- la montée en gamme de l'offre touristique (hébergement-restauration) ;

- l'investissement dans les infrastructures (pistes cyclables, mobilités douces pour accéder aux sites, etc.) ;

- le soutien à la numérisation du secteur.

Les ministres à l'écoute des professionnels

Les travaux sont copilotés par Alain Griset et Jean-Baptiste Lemoyne et conduits en étroite collaboration avec l'ensemble des acteurs touristiques du pays. De façon très concrète et avec une approche également géographique, les ministres ont entamé un tour de France jalonné de réunions de concertations afin de dégager les priorités pour le tourisme d'affaires, littoral, patrimonial, rural et ultramarin, en lien avec l'approche thématique.

Lors des échanges, de nombreuses propositions concrètes ont été évoquées par les professionnels, notamment la suppression de l'application de la TVA à la marge pour le tourisme d'affaires. Pour certains professionnels, elle cause un problème de concurrence et freinerait les exposants étrangers à faire appel à des prestataires français, se tournant plutôt vers la suisse où d'autres pays de l'union européenne dans lesquels la taxation est moins importante voire inexistante. Sur ce point, Alain Griset a affirmé qu'il fallait y réfléchir sereinement et que « tous les maillons de la chaîne du tourisme d'affaires » devaient fonctionner pour permettre de fournir une prestation idéale aux exposants.

L'Île-de-France est fortement touchée par cette baisse d'activité du tourisme d'affaires car c'est la région de France où ce secteur est le plus présent. Il représente une part importante du tourisme régional, d'où l'importance que ce secteur reparte rapidement. Selon une étude, le retour à la normale est prévu entre 2024 et 2026.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?