AccueilLoisirs et Culture« L'idée, c'est de faire de Versailles le camp de base des familles »

« L'idée, c'est de faire de Versailles le camp de base des familles »

Si le château de Versailles a beaucoup souffert des mesures sanitaires en 2020, l'office de tourisme Versailles, qui en dépend fortement, n'a pas été épargné. Thierry Duguet, son président, revient sur l'ampleur de cette « catastrophe » et sur le travail effectué en attendant l'assouplissement des mesures sanitaires.
« L'idée, c'est de faire de Versailles le camp de base des familles »
© © Office du tourisme de Versailles

Loisirs et Culture Publié le ,

Fermé depuis le dernier confinement, l'office du tourisme ne peut plus accueillir de public. La quasi-totalité des 20 personnes qui y sont employées à temps plein (des conseillers en séjour, notamment) sont aujourd'hui au chômage partiel. Cette fermeture fait écho à celle du château de Versailles, qui a été prolongée, à l'instar de celle des musées. « Et il faut savoir que la majorité des personnes qui viennent à l'office s'y déplacent pour ensuite aller visiter le château de Versailles », explique Thierry Duguet, qui souligne que l'année 2020 a été « totalement catastrophique », avec des fréquentations en baisse de 80 %.

Cet été, les Français ont été majoritaires à se présenter à l'office et les visiteurs étrangers se sont faits rares. Seuls, quelques Belges, Allemands, Suisses et Hollandais pouvant se déplacer en voiture ont passé la porte de l'office. « Nous assistons à un renversement total. Dans les années précédentes, plus de 80 % de notre clientèle était étrangère, or, aujourd'hui, c'est l'inverse », détaille Thierry Duguet. Ce qui n'est pas sans poser « d'énormes problèmes financiers à l'office », dont une partie non négligeable des revenus proviens directement des ventes de tickets donnant accès au château. « L'office est dans une situation extrêmement compliquée, le tourisme de Versailles, du Château, étant un tourisme d'étrangers pour l'essentiel », rappelle-t-il.

Pour faire face à cette situation, l'office se prépare, d'une part, à la réouverture des lieux culturels, qui pourrait intervenir en mars ou en avril prochain. « Ce que l'on sait, c'est que les visiteurs qui reviendront à cette période sont les mêmes que ceux qui sont venus cet été », confie Thierry Duguet, qui cite les résultats d'une enquête d'Atout France. C'est-à-dire des Français pour l'essentiel, et des habitants de Belgique, d'Allemagne, de Suisse et des Pays-Bas.

« Concernant les populations plus lointaines, comme la Chine, le Japon, ou les Etats-Unis, nous n'avons pas de visibilité pour cette année », précise également le président de l'office du tourisme, qui ajoute toutefois que les premiers à revenir seront les Chinois. « Mais quoi qu'il en soit, nous n'espérons rien en 2021. »

Par conséquent, pour ce qui est de la clientèle française, et notamment francilienne, de nouvelles orientations sont mises en œuvre. « Nous nous apprêtons à accueillir du public français, qui a déjà visité le château, cela tombe bien, car cela correspond à de nouvelles orientations qui tranchent avec ce que nous faisions habituellement. Ces touristes voudront soit visiter à nouveau le château, ou bien le visiter d'une façon différente (découvrir de nouvelles parties), ou encore visiter la ville elle-même », poursuit Thierry Duguet, qui précise vouloir cibler plus particulièrement la clientèle familiale.

Les familles en ligne de mire

« L'idée, c'est de faire de Versailles le camp de base des familles, le point de départ des visites en Île-de-France », ajoute-t-il. Pour Thierry Duguet, la ville royale est la destination idéale pour servir d'ancrage à ces dernières. « C'est une ville très sûre, elle aussi jeune et familiale, la forêt est très proche et les pistes cyclables sont nombreuses. Vous pouvez pédaler avec les enfants sans danger autour du canal… Versailles est aussi très bien desservie par les transports, Montparnasse étant à seulement 12 minutes », égrène le conseiller municipal, qui met également en avant le moindre coût des hébergements, et la ribambelle de restaurants adaptés aux familles.

C'est pourquoi la municipalité a souhaité proposer, notamment, des visites guidées sur le street art à Versailles. « La municipalité a beaucoup investi sur le sujet. Nous allons travailler sur le public versaillais, qui ne connait pas forcément sa ville en totalité, et pour lequel ces visites peuvent être très intéressantes. »

La culture à domicile

Au-delà, pour faire patienter les touristes, l'office du tourisme a lancé en décembre dernier des visioconférences sur internet, diffusées en live. Payantes et accessibles sur inscription, elles ont lieu tous les vendredis, avec une thématique différente à chaque fois. « Nous nous adressons évidemment à tout le monde, mais plus particulièrement aux personnes qui ont du mal à sortir et à se déplacer, qui sont souvent âgées ou à risque d'attraper la Covid-19. On peut y assister tout en étant chez soi et cela peut représenter un vrai bol d'air pour les personnes avides de culture et curieuse de découvrir des pans d'Histoire de France méconnus ».

Différents thèmes sont actuellement proposés : Louis XIV et l'Afrique ; Monsieur, frère de Louis XIV ; Le chevalier d'Eon, l'espion travesti de Louis XV ; Madame Royale, fille éprouvée de Louis XVI… L'office mène à ce titre une campagne de communication auprès de maisons de retraite, notamment.

Thierry Duguet de conclure : « ce qui est certain, c'est que lorsque le château rouvrira, la clientèle de proximité auront tout intérêt à venir massivement à Versailles, parce qu'elle disposera du château quasiment pour elle seule. La distanciation sociale peut être aisément respectée, compte tenu la taille des lieux et il y a beaucoup d'espace pour se garer sur la place d'Armes, ce qui en fait l'un des lieux touristiques les plus sûrs ».

L'ensemble des vidéoconférences et des thématiques sont à retrouver sur le site web de l'office du tourisme www.versailles-tourisme.com/visio-conferences.html. n

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?